Universal Music France donne aujourd'hui le coup d'envoi officiel de sa webTV, qui cherche à fédérer une communauté d'internautes autour des artistes de la maison de disques, via des contenus gratuits qui pourront être partagés. Avec l'espoir de dégager des revenus par la publicité.

Après une période de rodage débutée en juin 2010, qui a généré 300 vidéos, Universal Music France a officiellement lancé mardi son site Off.tv qui propose une webTV musicale autour des artistes de la maison de disques. Le site propose ainsi des programmes d’actualités autour des artites (récompenses, signatures de nouveaux talents, premières, …), et des émissions thématiques plus longues avec live, acoustiques, interviews,… Créés spécialement pour le web, les programmes seront diffusés sur le site officiel, mais aussi dupliqués sur Dailymotion, WAT et YouTube. La maison de disques veut ainsi profiter à la fois de la gratuité et des fonctions de partage des plateformes vidéos, qui en faciliteront la diffusion virale.

Avec OFF.TV, Universal Music tente de rester indispensable aux yeux des artistes, grâce à un vecteur de communication efficace où seuls ceux qui ont signé avec la maison de disques peuvent y être exposés. D’où la gratuité et la viralité du service, qui faciliteront son adoption par un grand nombre d’internautes. Le tout sera ensuite financé par la publicité et le sponsoring des programmes, puisque Off doit devenir « un support de référence auprès des marques pour investir le territoire de la musique« .

« Notre métier opère une véritable mutation depuis plusieurs années et Universal Music a sans cesse développé de nouveaux accès aux contenus. OFF relève de cette logique : créer de nouveaux modèles, médiatiser nos productions et faire découvrir nos artistes au plus grand nombre« , explique Pascal Nègre dans un communiqué. « OFF offre également à tous nos artistes un espace privilégié d’expression« .

La stratégie d’Universal Music France, avec cette webTV, répond ainsi à la métamorphose du marché que Pascal Nègre avait lui-même analysée dans son livre Sans Contrefaçon, mais sans aller jusqu’au bout du raisonnement. Le patron de la maison de disques montrait à la fois qu’une entreprise comme la sienne était indispensable pour se faire connaître et vivre de la musique, mais que l’évolution technologique et sociale faisait qu’il était de plus en plus difficile de se faire connaître et de vivre de sa musique. « Le Président d’Universal Music France soutient que sa maison de disques n’est pas en voie de disparition en démontrant pourtant sans même s’en rendre compte qu’elle devient inutile, non pas parce qu’il n’y a plus besoin d’intermédiaire, mais parce que la musique comme profession est elle-même en voie de disparition« , avions-nous écrit dans une critique du livre.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés