L'association néerlandaise BREIN a obtenu la fermeture de 29 sites web accusés d'enfreindre la propriété intellectuelle en proposant des fichiers torrent et NZB. Mais la victoire remportée par le BREIN a une portée limitée, dans la mesure où ces espaces pourraient réapparaitre chez d'autres hébergeurs.

Le long combat du BREIN contre le piratage continue. L’association néerlandaise, dont le rôle est de défendre les intérêts de l’industrie du divertissement aux Pays-Bas, vient de porter de nouveaux coups contre les adeptes du téléchargement illicite. Pas moins de 29 sites spécialisés dans les fichiers torrent et NZB ont fermé leurs portes, suite à une action conjointe avec la MPAA.

Tim Kuik, le directeur du BREIN, a expliqué à nos confrères de Torrentfreak que ces espaces étaient hébergés aux États-Unis, mais que leurs contenus étaient « destinés au public néerlandais« . Ils étaient donc, selon la législation des Pas-Bas, en situation illégale. « Ces 29 sites ont apparemment cru qu’ils seraient tranquilles en Amérique. C’est faux » a-t-il lancé.

Hormis HD-United, la liste contenant le nom des 28 autres espaces ciblés par le BREIN et la MPAA n’a pas été dévoilée. Et l’association néerlandaise n’a aucune intention de le faire. « Cela donnerait une publicité gratuite pour les sites qui ont l’intention de poursuivre leurs activités illégales chez un autre hébergeur. Ce ne sont pas des gros sites, et nous voulons que cela reste ainsi » a indiqué Tim Kuik.

Or, c’est là toute la limite de l’action du BREIN. Si l’association parvient effectivement à faire cesser l’activité de certains sites, cette victoire n’est que temporaire. Comme l’hydre de Lerne, les sites dont l’hébergement a été interrompu suite aux pressions exercées par les organisations anti-piratage se réfugieront chez d’autres hébergeurs, ils changeront de nom ou bien ils céderont leur place à d’autres.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés