Condamné en avril par la justice américaine, un jeune étudiant américain qui a piraté la messagerie personnelle de Sarah Palin a été fixé sur son sort. Hier, le tribunal a ordonné une peine d'emprisonnement d'un et d'un jour assorti d'une mise à l'épreuve de trois ans.

C’est une sentence qui aurait pu être bien plus lourde. Vendredi, un tribunal du Tennessee a condamné un étudiant américain à une peine de prison d’un an et un jour, ainsi qu’à trois ans de mise à l’épreuve. Le jeune homme s’était illustré il y a deux ans en piratant la messagerie personnelle de Sarah Palin, l’ancienne colistière républicaine de John McCain lors de l’élection présidentielle américaine de 2008.

Hier, Wired a indiqué que les peines maximales prévues dans ce cas de figure peuvent atteindre vingt ans de prison et 250 000 dollars de dommages et intérêts (environ 182 500 euros). Les règles générales (federal sentencing guidelines) recommandaient une peine située entre 15 et 21 mois de prison, tandis que le gouvernement demandait une sanction de 18 mois de prison.

Hormis l’accès frauduleux dans la messagerie personnelle de Sarah Palin, l’étudiant – de sensibilité démocrate – avait diffusé sur Internet deux photos de famille et cinq captures d’écran de la boîte aux lettres de la femme politique. Pour retrouver le mot de passe du compte, il avait simplement répondu à la question secrète du compte en glanant des informations disponibles sur Internet.

L’AFP rapporte que la culpabilité du jeune homme avait déjà été arrêtée en avril dernier par un jury populaire. Celui-ci l’avait reconnu coupable d’accès illégal à un ordinateur et d’obstruction à la justice. En effet, il avait effacé les photos et les captures d’écran de son ordinateur, gênant en conséquence le travail des enquêteurs. Cependant, le jury ne s’est pas entendu sur la culpabilité de fraude.

L’avocat du jeune homme a demandé que sa peine soit aménagée pour qu’il puisse bénéficier d’un régime de semi-liberté. Toujours selon l’AFP, la décision finale sera prise par les services pénitentiaires de l’Etat du Tennessee.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés