L'enquête menée par le Wall Street Journal a finalement conduit à l'inévitable : une plainte. Aux États-Unis, une utilisatrice du jeu FarmVille accuse le créateur de l'application d'avoir volontairement diffusé des informations personnelles à des tiers.

Lundi dernier, le Wall Street Journal consacrait un article sur l’efficacité des paramètres de confidentialité en vigueur sur Facebook. À cette occasion, le quotidien américain mettait en lumière la transmission de certaines informations personnelles, comme l’identifiant de l’utilisateur, à des agences spécialisées dans le profilage des internautes. Plusieurs applications très populaires, notamment des éditeurs de Zynga et LOLapps, furent alors évoquées.

Face à ce début de controverse, Facebook a d’abord cherché à tempérer les informations rapportées par le Wall Street Journal. L’un des développeurs du réseau social a souligné qu’un identifiant n’était pas directement exploitable tel quel. Le quotidien américain a également mesuré ses propos en soulignant que les développeurs des applications ne savaient pas forcément que l’identifiant Facebook pouvait être transmis.

Peine perdue. PC Mag rapporte qu’une plainte a été déposée devant les tribunaux de San Francisco contre Zynga, un éditeur de jeux vidéo réputé pour avoir conçu quelques-uns des jeux Facebook les plus populaires (FarmVille, Mafia Wars, FrontierVille ou encore Treasure Isle). La plaignante accuse Zynga d’avoir volontairement partagé des données personnelles.

Sans surprise, la plainte demande une réparation financière suite au préjudice et met en demeure Zynga de mettre un terme à ces abus. Selon les statistiques fournies par la page Facebook de l’application, plus de 58,7 millions de membres ont joué à FarmVille au cours du dernier mois. La plainte avant néanmoins le nombre de 218 millions d’utilisateurs. Sans doute est-ce la somme totale des membres jouant aux jeux développés par Zynga.

Cette plainte repose la question du respect de la vie privée en ligne, en particulier sur les réseaux sociaux comme Facebook. Fort de plus de 500 millions de membres, le site a souvent été confronté à la fronde d’utilisateurs ou d’organisations spécialisées dans la défense de la vie privée. À plusieurs reprises, Facebook a dû procéder à certains aménagements pour ne pas organiser la fuite de ses membres sur un projet concurrent.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés