La propriété intellectuelle semble parfois n'avoir d'intellectuel que le nom. Aux États-Unis, une société accuse une firme concurrence d'avoir violé ses brevets en matière de coiffures et les extensions capillaires.

Décidément, la propriété intellectuelle se retrouve parfois dans des domaines vraiment inattendus. Preuve en est, le site de The Hollywood Reporter nous informe d’un litige qui oppose deux sociétés américaines spécialisées dans les coiffures de stars et les extensions capillaires. La première, Celebrity Signatures International, accuse la seconde, HairTech International, de violer ses brevets.

En l’espèce, la société Celebrity Signatures a fait des extensions capillaires de stars sa spécialité. Elle donne l’occasion à un public féminin de ressembler à des célébrités du petit ou du grand écran. Sur son site web, Hair U Wear, la firme propose par conséquent des coiffures pour ressembler à des personnalités comme Jessica Simson, Raquel Welch et diverses vedettes américaines.

Or, Celebrity Signatures reproche à HairTech d’avoir enfreint ses brevets avec ses modèles d’extension intitulés « Clipin-Go by Paris Hilton » et « Dream Catchers ». Manifestement bien décidée à défendre sa propriété intellectuelle, Celebrity Signatures a déposé ce lundi une plainte (.pdf) devant le tribunal fédéral du Missouri.

Sur son site, HairTech explique de son côté avoir « signé un accord avec Paris Hilton pour qu’elle soit l’égérie de sa marque Dream Catchers« , avant d’ajouter que « Paris Hilton et Dream Catchers sont sûrs de rapidement devenir leader du marché dans cette industrie« . Et de préciser que cet accord a été signé en janvier 2007.

Reste à savoir comment le juge démêlera les prétentions de Celebrity Signatures et les justifications d’HairTech. Nous suivrons ça avec la plus grande attention. Ou pas.

( photo : BY-SA )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés