Frédéric Mitterrand, qui dit avoir convaincu "tous les FAI", veut négocier avec les opérateurs la quasi gratuité de l'identification de leurs abonnés avertis par l'Hadopi, dans le cadre d'un "échange plus global" qui comprend certainement des concessions sur la neutralité du net...

Dans une longue interview aux Echos qui balaye tous les sujets du moment, le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand se montre optimiste sur la mise en œuvre de la riposte graduée par l’Hadopi. Les messages d’avertissement « vont partir dans les tous prochains jours« , assure-t-il d’emblée, en rappelant cependant que c’est à la Haute Autorité, statutairement indépendante du ministère, de décider de l’envoi des e-mails.

Sur la question des coûts de l’identification des abonnés, pour lesquels Free se montre intransigeant, Frédéric Mitterrand se veut aussi rassurant à l’égard des ayants droit. « Certains fournisseurs d’accès à Internet ont fait valoir les frais que le dispositif pouvait occasionner, mais nous avons convaincu tous les FAI de l’utilité de collaborer avec la Hadopi« , indique le ministre, qui ne dit pas que les coûts seront dédommagés comme l’imposent la loi et le Conseil constitutionnel.

Pis, il annonce publiquement une sorte de marchandage. Un donnant-donnant dont on ne connaît pas les propositions du côté du gouvernement, mais qui n’est sans doute pas étranger au projet d’une loi sur la neutralité du net. « Le traitement des données sera automatisé, les coûts devraient donc être très limités. Mais nous souhaitons inclure ce débat dans un échange plus global avec les FAI« .

On imagine sans mal que les fournisseurs d’accès seront moins regardants sur la facturation des identifications d’abonnés « pirates » s’ils obtiennent en contre-partie le droit de privilégier certains services ou protocoles dans leurs offres d’accès à Internet.

Par ailleurs, Frédéric Mitterrand confirme que la Carte Musique Jeune sera lancée « dans la dernière semaine d’octobre », après la réponse de la Commission européenne qui « doit valider le dispositif le 29 septembre« .

« Nous ferons ce que nous avions annoncé : une carte à 25 euros permettant d’acheter légalement de la musique pour un montant de 50 euros, pour les jeunes de 12 à 25 ans. Les dernières discussions portent sur l’organisation opérationnelle du lancement avec les différentes plates-formes concernées« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés