C'est une approche musclée de la protection des droits d'auteur. En Inde, certains studios de cinéma recrutent des sociétés chargées de s'attaquer aux sites proposant des contenus piratés. Et pas de n'importe quelle manière. Au bout de deux avertissements, une attaque DDOS est déclenchée. Une riposte graduée à l'indienne ?

À chacun sa méthode. En Occident, les ayants droit cherchent la plupart du temps à combattre le piratage des contenus protégés par le droit d’auteur en saisissant les tribunaux. En revanche, la lutte anti-piratage est autrement plus musclée en Inde.

En effet, pour contrer la diffusion de fichiers couverts par la propriété intellectuelle, certains studios de cinéma n’hésitent pas à recruter des sociétés dont la mission première est de combattre ce phénomène. Et cela passe parfois par l’utilisation des attaques par déni de service (DDoS) pour faire tomber les serveurs pirates.

C’est le cas de Aiplex Software, une entreprise indienne dirigée par Girish Kumar. Selon le Sydney Morning Herald, la société agit finalement comme un tueur à gages numérique. Engagée par les ayants droit, elle a pour mission de lancer des cyber attaques contre des sites hébergeant des films piratés et qui ne répondent pas favorablement aux exigences des studios de cinéma.

L’attaque DDoS n’est cependant pas déclenchée dès le début. « Nous repérons le serveur et nous envoyons à leurs responsables un avertissement portant sur une violation de la propriété intellectuelle, parce qu’ils ne sont pas censés avoir ces liens » a expliqué Girish Kumar au journal australien.

Si les liens sont toujours en place malgré le premier avertissement, un second message est alors envoyé. En cas d’absence de réponse ou de refus de coopérer, alors Aiplex Software débutera une attaque par déni de service (DDoS) pour mettre fin à l’infraction.

Généralement, les pirates coopèrent. Girish Kumar indique que dans 95 % des cas, les responsables retirent les contenus incriminés.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés