Première plate-forme vidéo au monde, YouTube est donc un acteur clé pour la vidéo sur Internet. Du côté des standards par exemple, si Google soutient fermement le principe d'un codec standard pour l'HTML 5, la firme note que pour l'instant la technologie Flash est encore au-dessus. Dans ces conditions, YouTube ne compte pas se débarrasser du Flash dans les prochains mois.

Depuis près de six mois maintenant, Google expérimente sur YouTube l'implémentation des balises introduites par la cinquième version majeure de l'HTML. Ce test grandeur nature est le signe manifeste que la firme de Mountain View s'intéresse de près l'évolution de ce standard web. Cependant, le géant américain ne compte pas aller plus vite que la musique.

En effet, dans un billet de blog publié hier, l'ingénieur logiciel John Harding est venu tempérer l'enthousiasme de certains, en expliquant que la célèbre plate-forme n'allait pas abandonner tout de suite la technologie Flash au profit d'un codec standard pour l'HTML 5.

Selon lui, à court et moyen terme, "la plate-forme Flash d'Adobe continuera de jouer un rôle primordial dans la diffusion de la vidéo" sur Internet. En effet, à l'heure actuelle la solution en HTML 5 ne permet pas de répondre à tous les exigences d'un site web comme YouTube. Si le HTML 5 peut couvrir les aspects les plus "basiques" de la vidéo, John Harding est convaincu qu'il y a encore du travail avant de faire migrer l'ensemble du site vers ce standard.

Mais au-delà de la relative jeunesse de la balise, Google souhaite avant tout que l'ensemble des navigateurs web avancent vers un même standard commun. Or à l'heure actuelle, c'est un peu la foire d'empoigne entre les partisans de la solution propriétaire et payante H.264 et les défenseurs d'une solution livre et ouverte, VP8/WebM.

De ce fait, tant que le codec vidéo de l'HTML 5 ne rattrapera pas la technologie Flash, YouTube continuera à s'appuyer sur ce dernier. D'une part, parce que la technologie Flash embarque de nombreuses fonctionnalités avancées utilisables dans le lecteur exportable (intégration de sous-titres et commentaires, contenus publicitaires, accès au micro et à la webcam) et d'autre part parce que le lecteur d'Adobe dispose également d'outils capables de gérer les contenus protégés par le droit d'auteur, notamment à travers le protocole RTMPE.

Dans ces conditions, si Google reste un fervent supporter des solutions libres et ouvertes, la firme de Moutain View doit également composer avec d'autres problématiques. "Aujourd'hui, Flash d'Adobe fournit la meilleure plate-forme pour la diffusion des vidéos sur YouTube, et c'est pour cette raison que nous avons bâti notre lecteur vidéo principal dessus" conclut-t-il

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés