Tout est parti d’un article publié vendredi sur le site des Inrocks. Le journaliste spécialisé dans les « petites arnaques et manipulations sur internet » expliquait qu’en utilisant simplement la fonctionnalité « mot de passe oublié » de certaines plateformes de courriels, un hacker avait pu retrouver le mot de passe des députés Pierre Forgues et Philippe Goujon pour s’introduire sur leur boîte e-mail, hébergées respectivement par Laposte.net et Hotmail.com.

« Pour pouvoir réinitialiser le mot de passe, il lui a fallut trouver la date de naissance des députés et répondre, dans les 2 cas, à la question ‘Quelle est la ville de naissance de votre mère ?’« , expliquait le journaliste. Deux informations relativement simples à trouver.

Depuis, l’information a été reprise par Le Monde, ce qui a semble-t-il agacé le député UMP Philippe Goujon qui a décidé de porter plainte. « Cette boîte utilisée à des fins privées ne contenait aucune information confidentielle ou relative à ses activités de maire du 15e arrondissement et de député de Paris (…) Il possède pour ses activités d’élu des boîtes parfaitement sécurisées, hébergées sur les sites de la ville de Paris et de l’Assemblée Nationale« , précise le communiqué.

Etrange. Comment peut-on dire que la boîte philippegoujon@hotmail.com était utilisée « à des fins privées » et ne contenait « aucune information relative à ses activités de deputé de Paris », alors-même que l’adresse figure toujours en clair à l’heure où nous publions ces lignes sur sa très officielle page de député du site de l’Assemblée Nationale ?

Gonflé, le député du 15ème arrondissement de Paris ose même voir dans ce piratage « un acte de représailles contre son action et celle du gouvernement pour protéger davantage les internautes« . Il avait été le rapporteur de plusieurs amendements à la loi Loppsi sur la cybercriminalité, et prévient que « ce piratage encourage Philippe Goujon à développer son action contre ces nouvelles formes de criminalité dont nous pouvons tous être victimes« .

Grotesque, et ridicule. Que devra inventer Pierre Forgues, le député socialiste qui a été piraté de la même façon, alors qu’il a voté contre la loi Loppsi ?

Le « piratage » dont il a été victime ne devrait pas encourager le député à lutter contre la cybercriminalité, mais plutôt à multiplier en priorité les actions d’éducation pour mieux protéger la vie privée sur Internet. Il faudra en effet apprendre aux Français que la ville de naissance de sa maman n’est pas la meilleure des protections contre une intrusion qui ne demande aucun talent informatique particulier…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés