Selon Le Figaro, Christine Albanel devrait être chargée par François Fillon d'une mission d'information sur la numérisation des livres et le développement d'une offre légale attractive pour les livres sur Internet.

Nous avons eu deux réactions successives à la lecture de cette information du Figaro selon laquelle Christine Albanel a été chargée par le premier ministre François Fillon d’une mission d’information sur la numérisation des livres et le développement avec les éditeurs français d’ « une offre légale attractive sur Internet« .

Première réaction : Comment Matignon peut-il confier à Christine Albanel une nouvelle mission sur la numérisation des livres alors-même que le ministère de la culture a confié à Marc Tessier une mission toujours en cours sur… la numérisation du patrimoine, en particulier des livres. Marc Tessier doit rendre ses conclusions le 15 décembre, tandis que Christine Albanel devra rendre les siennes le 1er avril. Que fera le ministère de la Culture du rapport Tessier pendant les 3 mois et demi de battement ? Et comment le ministère pourrait privilégier les conclusions de Marc Tessier à celles de l’ancienne locataire de la rue de Valois ? La mission confiée à Albanel enterre le rapport Tessier avant-même sa communication. Un exemple de gaspillage des ressources publiques, accentué par le fait que Bruxelles entend bien harmoniser les politiques de numérisation au niveau européen.

Deuxième réaction : Après le désastre de la loi Hadopi 1 qu’elle avait très mal défendu devant le Parlement, Christine Albanel est-elle vraiment la personne la mieux placée pour donner des orientations en matière de politique de numérisation des livres ? De plus, à l’heure où l’Europe veut harmoniser les politiques, Christine Albanel est-elle vraiment l’interlocutrice privilégiée alors qu’elle avait envoyé valdinguer le Parlement Européen lors du vote de l’amendement 138 ? Non seulement Matignon semble le penser, mais en plus selon le Figaro, le nom de Christine Albanel « circule déjà pour représenter la France au sein du  » Comité des sages  » créé vendredi dernier en conseil des ministres de la Culture de l’Union européenne« .

En fait, la désignation de Christine Albanel ne répond qu’à une logique de Pôle Emploi. Sa nomination à la Bibliothèque Nationale de France (BNF) est décidée, mais elle doit d’abord comme le dit le Figaro « rendre connaissance du délicat dossier de la numérisation des livres. Le temps aussi pour elle d’acquérir une compétence« .

Une sorte de stage ou de période d’essai.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés