Pour Frédéric Lefebvre, lobbyiste de métier et porte-parole de l'UMP, l'adoption de la loi Hadopi constitue "une forme de défense de l'identité nationale". Vraiment ?

Le très remuant et fatiguant Frédéric Lefebvre était invité lundi matin sur La Matinale de Canal Plus. L’ancien député, qui a dû laisser son poste à André Santini, a estimé que l’adoption par la France de la riposte graduée constituait un élément de l’identité nationale.

« Si j’ai parlé de la ‘Douce France’, c’est parce que je pense que dans le débat sur l’identité nationale, il y a aussi le débat sur l’identité culturelle. Le texte qui a été voté, sur Hadopi, qui a fait tant parler, qui défend l’exception culturelle française, c’est une forme de défense de l’identité nationale« , a défendu le porte-parole de l’UMP.

On ne voit pas très bien quelle forme d’identité nationale protège la loi Hadopi, qui défend moins une exception culturelle qu’une exception juridique. A moins que ça ne soit l’identité nationale d’antan, héritée du temps de la guillotine ou du moyen-âge où l’on coupait encore la main du voleur de pain. La suspension de l’accès à Internet n’est, il est vrai, qu’une forme d’adaptation moderne de ces pratiques barbares.

L’identité nationale française, c’est d’abord sa devise : Liberté, Egalité, Fraternité. Trois principes fondateurs allègrement piétinés par la loi Hadopi.

La Liberté est brimée par la suspension de l’accès à Internet, par la volonté de bloquer l’accès à certains canaux de diffusion des œuvres, et par l’interdiction faite au peuple d’être lui-même le véhicule du savoir et de la culture. L’Egalité est bafouée par une loi qui ne sera appliquée qu’en faveur des ayants droit les plus téléchargés, contre une partie de la population qui n’a parfois pas les moyens d’accéder aux œuvres autrement que par le piratage, et dont la sanction ultime ne pourra être prononcée que dans certains bassins géographiques. La Fraternité, enfin, est regardée avec dédain dans le refus d’un mécanisme proche d’une licence globale, qui ferait participer tous les internautes, ensemble, qu’ils téléchargent ou non, à l’effort financier nécessaire à la rémunération d’une création accessible à tous.

Voir après 7″ :

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés