Voilà, nous sommes de retour après deux jours passés dans les immenses allées de l'IFA 2009, le plus grand salon mondial de l'électronique grand public, qui se tient chaque année à Berlin. Peu de nouveautés spectaculaires présentées cette fois (crise oblige), mais des confirmations des tendances qui se dégagent pour les prochaines années. Reportage.

Départ très matinal, nuit blanche. Vendredi à l’aube, nous embarquons à Paris direction Berlin. Pour la première fois, nous nous dirigeons vers les salons de l’IFA, le plus grand rendez-vous mondial des constructeurs d’appareils d’électronique grand public et d’électroménager. La capitale allemande semble vivre au rythme du salon. Dès notre arrivée à l’aéroport, nous sommes accueillis par une charmante hôtesse chargée de diriger les visiteurs vers le Centre International des Congrès de Berlin. Nous suivons alors ses directives pour prendre le S-Bahn, le RER berlinois, et nous rendre à destination. Dans la ville, les multiples affiches et drapeaux portant le logo de l’IFA plantent le décor. A l’arrivée, l’immensité nous gagne.

1070 exposants, des dizaines de milliers de mètres carré de surface à parcourir. Comment tout voir, comment s’attarder sur chaque stand, en seulement deux jours ? Un choix éditorial s’impose. Nous ne parlerons pas des produits spécifiques, qui seront de toute façon rapidement dépassés par la génération suivante, mais des grandes tendances repérées au fil des kilomètres de marche. Très vite, la principale s’impose comme une évidence : la 3D.

3D : l’avenir de la TV et du jeu vidéo ?

Panasonic, Sony, Samsung, Philips, LG, JVC… pas un seul grand constructeur de téléviseurs n’a oublié de mettre cette année à l’IFA la TV 3D en démonstration, et en évidence. Le premier s’est probablement offert le plus beau stand dédié, avec la bande annonce du film Avatar en avant-première sur un écran de 150 pouces dans une salle obscure et interdiction totale de prendre des photos, y compris du public qui portait les lunettes stéréoscopiques. La paranoïa jusqu’au bout du nez.

Technologiquement, deux écoles s’affrontent. Certains constructeurs (Panasonic, Samsung…) ont préféré des lunettes à occultations alternées, qui bloquent la vue sur les deux yeux à très haute fréquence, de manière synchronisée avec le téléviseur. L’oeil gauche n’est « ouvert » que lorsque l’image gauche est affichée à l’écran, et réciproquement pour l’oeil droit. L’effet visuel est impressionnant, mais le nerf optique est très vite fatigué, comme tiré par l’image. Avantage : il suffit d’un téléviseur 200 hz et d’un émetteur qui synchronise les lunettes.

D’autres constructeurs (LG, JVC, Philips…) ont préféré présenter des lunettes polarisantes qui filtrent l’image affichée à l’écran pour ne laisser passer que celle destinée à chaque oeil. L’effet est beaucoup plus reposant et naturel, avec des lunettes très légères sans électronique, mais il nécessite un téléviseur conçu spécialement pour diffuser deux images polarisées simultanément. C’est sans doute le plus prometteur.

Notons enfin pour l’anecdote que Samsung et Philips ont présenté un téléviseur 3D sans lunettes, grâce à une méthode de diffraction très fine de l’image, façon hologrammes. Le résultat est amusant, mais ne propose pas le même niveau d’immersion, ni la même netteté d’image.

Sony, de son côté, n’a pas tranché. Le constructeur a présenté les deux types de lunettes, avec des jeux vidéo en 3D sur la Playstation 3. Le japonais prévoit de mettre sur le marché la 3D sur PS3 et téléviseurs Bravia dès l’année prochaine.

En pratique, la 3D stéréoscopique ne nous a pas semblé apporter grand chose au cinéma ni même au jeu vidéo. Mais c’est véritablement spectaculaire et alléchant sur les retransmissions sportives, où l’on gagne un niveau d’immersion sans pareil au milieu des joueurs de football ou des coureurs de 100 mètres. La Coupe du monde de foot étant avec les Jeux Olympiques les publicités les plus efficaces pour la vente de téléviseurs, c’est plutôt une bonne nouvelle pour les constructeurs.

En revanche, les salles de cinéma auront matière à s’inquiéter. Selon notre expérience, le cinéma en 3D dans les salles de cinéma est beaucoup moins agréable à tous les niveaux (netteté de l’image, repos des yeux…) que les démonstrations qui nous été faites sur les TV 3D avec lunettes polarisantes.

Vous avez dit écolo ?

Autre tendance remarquée au salon, l’écologie. Mise à toutes les sauces, même à l’eau. Basé à Honk Kong, Aqua Power System s’est fait remarquer avec ses piles rechargées à l’eau, les NoPoPo (No Pollution Power). Elles peuvent être rechargées au robinet, et délivrent 1,5 volts chacune. Selon la documentation, elles peuvent ainsi être rechargées 3 à 5 fois avant de devenir inutilisables. Le constructeur a même présenté une batterie de 110/220v à base du précieux liquide.

Par ailleurs, la plupart des constructeurs ont mis en place au moins un stand chacun dédié à leurs produits à vocation écologique, à grand renfort de peinture verte et de marketing écolo plus ou moins usurpé. Des constructeurs d’ordinateurs portables à grande autonomie aux GPS Garmin qui calculent l’empreinte carbonique de vos déplacements, en passant par les téléphones mobiles avec chargeur solaire de Sharp jusqu’aux inévitables téléviseurs omniprésents sur le salon, tout était écologique sous les innombrables climatiseurs de l’IFA.

La palme de la meilleure présentation revient à LG, qui a démontré l’efficacité de sa technologie Smart Energy Saving pour économiser en consommation électrique sur les écrans plats. Trois téléviseurs de la marque étaient disposés côte à côte avec chacun leur mesure de consommation en temps réel, à trois niveaux d’optimisation différents. Sans différence énorme entre chaque image (juste une légère perte de contraste), le téléviseur le plus optimisé consommait 2,5 fois moins que le plus énergivore. De quoi faire réfléchir lors de l’acquisition d’un téléviseur, et pousser les constructeurs dans le bon sens.

Du HMDI wireless dans tous les salons ?

C’est encore très cher (1500 euros chez Real Cable), mais c’est l’avenir. Plusieurs fabricants ont montré les premières solutions de transmission HDMI sans fil, pour éliminer les très disgracieux câbles qui hantent nos salons. Avec ce système, plus besoin de brancher vos consoles de jeu, lecteurs Blu-Ray ou autres box ADSL sur le téléviseur. Un boîtier centralise toutes les connexions et renvoie un signal unique au téléviseur, soit par l’intermédiaire d’un dernier câble, soit – c’est beaucoup mieux – directement sans fil vers le téléviseur (comme le propose LG, qui avait certainement le stand le plus complet et les produits les plus séduisants à notre goût).

L’iMac cloné chez les PC

Ca n’est pas tout à fait nouveau, mais c’est désormais généralisé. Suivant la mode introduite par Apple avec l’iMac, l’unité centrale et le moniteur LCD ne font maintenant plus qu’un chez de nombreux assembleurs d’ordinateurs. Acer a même présenté un modèle avec écran tactile multitouch, l’Acer Aspire Z5600.

Et votre téléviseur vous donne accès au monde…

Déjà remarquée l’an passé, la tendance est désormais réalité. Pas un seul fabricant de téléviseur ne s’est pas mis à la télévision connectée, avec navigateur et interface dédiée. Le principe est toujours le même : offrir en Wifi et/ou Ethernet l’accès à Internet sur l’écran du salon, avec un accès rapide aux services les plus populaires du moment (YouTube, Facebook, Picasa, flux RSS, eBay…).

Certains utilisent les widgets de Yahoo, d’autres ont leur propre plateforme intégrée. Tous veulent se substituer aux media centers des consoles de jeux vidéo et autres box ADSL pour proposer des services payants et de la publicité.

Décidemment très en forme sur l’IFA 2009, LG a poussé le luxe jusqu’à proposer une télécommande très fortement inspirée de la Wiimote, avec accéléromètre et capteurs de niveau pour diriger le curseur à l’écran. En plus de la navigation, le constructeur en profite donc pour ajouter des jeux vidéo sur son téléviseur. Sortie prévue l’an prochain, à un prix encore indéterminé.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés