La ligue ODEBI a finalement activé son "armée numérique" hier soir en lançant une première opération importante sur certains sites web français. Parmi les cibles, nous retrouvons des groupes Facebook de la majorité présidentielle, mais également des forums d'artistes et de sociétés culturelles.

Le mois dernier, la ligue ODEBI lançait un projet d' »armée numérique » dont l’objectif premier était de fournir systématiquement un contre-argumentaire précis, détaillé et constant à toute personne favorable de près ou de loin au projet de loi Hadopi. Bien connu des internautes qui ont suivi les discussions autour de la loi DADVSI en 2006, la ligue ODEBI a volontairement opté pour un vocabulaire aux teintes résolument militaires, démonstration manifeste de sa détermination et de son hostilité face à ce texte. Plus généralement, le mouvement tenait à mettre en lumière les errements de ce texte et les risques importants qu’il fera courir inutilement à l’ensemble des internautes français.

Après avoir rassemblé suffisamment d’internautes volontaires, la ligue ODEBI est donc passée à une phase plus « active » en lançant une première action sur le web français, en particulier dans la sphère politique et culturelle. La ligue ODEBI annonce donc avoir publié de nombreux messages sur les groupes Facebook de l’UMP, tout en intervenant massivement sur les forums de plusieurs artistes ou sociétés favorables à ce texte, comme Calogero, Pascal Obispo ou encore Universal Music.

En tout, l’opération qui s’est déroulée hier soir de 21h à 01h , a concerné une trentaine d’espaces web. La ligue ODEBI précise que ces mesures étaient l’occasion de relancer le débat sur un texte de loi qui déchaine les passions et clive la société. Et de rappeler que même au sein de la principale formation politique, l’UMP, le débat n’est pas tout à fait apaisé puisque les Jeunes Populaires manifestent une certaine réticence face à l’Hadopi, si ce n’est une franche hostilité. Pour la ligue, une rupture s’opère entre la direction du parti et sa base.

Désormais, la ligue envisage de poursuivre ce genre d’opérations jusqu’à la reprise des débats parlementaires, que le mouvement espère sereins. Toutefois, il n’est pas certain que certaines actions très radicales contribuent à cette sérénité que tout le monde appelle de ses voeux.

Le risque de menacer la représentation nationale en révélant les casseroles judiciaires des parlementaires pourraient braquer les députés et donner une opportunité non-négligeable à certains pour rappeler la nécessité de « civiliser l’Internet« . Cette bataille de la communication, si elle s’avère cruciale, doit être menée avec parcimonie. Ou sinon, cela sera une défaite pour les internautes et les valeurs qu’ils défendent.

La liste des cibles peut être visualisée directement sur le site de la ligue ODEBI.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés