Selon le Wall Street Journal, le patron d'Apple Steve Jobs devrait de nouveau diriger la firme de Cupertino ce mois-ci, comme il l'avait programmé en annonçant en début d'année son départ en congé maladie.

Lorsque Steve Jobs est parti en congé maladie au début du mois de janvier, il était prévu qu’il revienne au mois de juin. A ce moment-là, peu y croyaient. Les rumeurs sur sa maladie ayant été longtemps démenties, beaucoup pensaient qu’il s’agissait là d’un élan d’optimisme, et que le charismatique patron d’Apple ne reprendraient en fait jamais sa place à la tête d’Apple. L’essentiel étant de montrer, pendant six mois, que la firme pouvait continuer à innover et à croître en l’absence de Steve Jobs.

Mais son retour semble bel et bien programmé, comme annoncé. Le Wall Street Journal affirme ainsi que Steve Jobs devrait revenir aux commandes d’Apple ce mois-ci, la firme de Cupertino souhaitant profiter du Worldwide Developer Conference pour orchestrer le retour de son commandeur. Le journal cite deux « personnes en relation d’affaires » avec Apple, qui assurent que la convalescence de Jobs se passe bien.

Le WDC, qui se tiendra du 8 au 12 juin en Californie, permettra à Apple de dévoiler son nouvel iPhone et d’officialiser la sortie de la version 3.0 du système d’exploitation embarqué sur son téléphone mobile. Sa présentation par Steve Jobs lui-même pourrait rassurer les investisseurs, après la publication de résultats en baisse (mais tout de même supérieurs aux attentes).

Miraculeusement guéri d’un cancer du pancréas à un stade avancée en 2004, Steve Jobs a perdu beaucoup de poids l’an dernier et avait nourri les rumeurs les plus graves, jusqu’à l’annonce « grandement exagérée » de sa mort. En début d’année, il avait tenté de rassurer en révélant souffrir d’une simple dérégulation hormonale. Mais en annonçant quelques jours plus tard son départ en congé maladie, Steve Jobs avait adressé un courrier aux employés d’Apple et expliqué que ses problèmes de santé étaient en fait plus complexes que ce qu’il avait d’abord cru.

Tim Cook, le directeur exécutif d’Apple, a pris en charge l’intérim de Steve Jobs, comme il l’avait fait en 2004.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés