Ils s’y sont mis à deux journalistes, pour écrire cette chose. C’est dire l’importance. Titre : « Des opposants dénoncent (à tort) le trucage de la pétition en faveur de la loi« . Dans cet article publié dans la rubrique « actualités » (et non pas « opinions »), les auteurs Guillaume Chauvigné et Charlotte Pons défendent avec une férocité non dissimulée la pétition de la Sacem, dont la Quadrature du Net a démontré la présence d’un grand nombre d’erreurs, d’inconnus et de lobbyistes.

Ils les accusent d’avoir « crier au loup un peu vite« , et s’ils reconnaissent que « l’on peut certes reprocher à Mme Albanel une mauvaise communication tendant à flouer les usagers ainsi que les députés » (une broutille pour Le Point), « la présence en grand nombre d’inconnus dans cette liste ne signifie pas pour autant trucage« .

« Encore une fois, ajoutent-ils comme si c’était eux qui l’avaient déjà dit une première fois, il s’agit d’une pétition dite libre, à laquelle tout le monde peut accéder via internet« . L’argument vient de la Sacem, qui a justifié pour calmer la polémique qu’elle n’avait pas 50 personnes pour vérifier les signatures.

Le Point ne sait donc sans doute pas que sur Internet, l’usage veut que l’on demande confirmation de sa signature à chaque signataire, par un mail automatique envoyé à l’adresse e-mail indiquée. Tout ça c’est des clics, comme dirait Albanel. Mais cette petite précaution d’usage, « oubliée » par la Sacem (alors que nous l’avions déjà dénoncé pour une pétition identique pour la loi DADVSI), Le Point juge certainement inutile de la rappeler.

C’était sans doute trop compliqué pour ces deux journalistes de vérifier pour un papier de cinq paragraphes la manière dont a été réellement réalisée la pétition.

Là n’était sans doute pas l’objet de l’article. « La Sacem, contactée par lepoint.fr, ne souhaite plus faire de commentaire pour ne pas alimenter « la polémique »« , précisent les journalistes en conclusion. Qu’aurait eu la Sacem à ajouter de plus ?

Si nous étions partisans de la théorie du complot, nous rappellerions que Le Point est la propriété de François Pinault, propriétaire via son groupe PPR de la FNAC, autrefois dirigée par Denis Olivennes… architecte de la loi Hadopi défendue par la pétition de la Sacem. Mais nous ne sommes pas partisans de la théorie du complot.

Nous dirons donc que ça n’est qu’un mauvais article fait par des journalistes qui cependant, comment pourrait-on en douter, respectent la Déclaration des devoirs et des droits des journalistes, qui prévoit que le journaliste ne doit « jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste« , et doit « n’accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés