Les six grands fournisseurs d’accès à Internet britanniques ont cédé aux pressions conjointes de l’industrie du disque et du cinéma, et des autorités, pour mettre à l’essai la première brique d’une solution de riposte graduée à la française. Le gouvernement britannique avait manifesté en février son intérêt pour la solution élaborée en France par Denis Olivennes, sur la base d’un accord privé entre les fournisseurs d’accès à Internet et les professionnels des télécoms, pour tenter de réduire le niveau du piratage des contenus sur Internet.

Selon Reuters, l’accord aurait été trouvé cette semaine, avant que le gouvernement ne mette ses menaces de régulation de force à exécution. L’agende presse rapporte que Virgin Media, BSkyB, Carphone Warehouse, BT, Orange et Tiscali ont tous accepté de tester pendant une période de trois mois l’envoi chaque semaine de courriers électroniques aux abonnés qui téléchargent en masse sur les réseaux P2P. Ils étudieront alors l’effet au bout des trois mois, pour voir s’il y a besoin d’aller plus loin que la simple prévention.

Dans un tel cas, les options envisagées sont la suspension de l’abonnement à Internet, le contrôle du trafic pour diminuer la vitesse d’accès des internautes qui « piratent » le plus, et le filtrage pour empêcher le téléchargement de contenus illicites.

La Fédération Internationale de l’Industrie Phonographique (IFPI) s’est immédiatement félicitée de la nouvelle, en indiquant que « la processus mis en place l’an dernier en France pour faire participer les FAI [à la lutte contre le piratage] bénéficie d’un réel élan international« . Outre la Grande-Bretagne, l’Australie, le Danemark, la Nouvelle Zélande ou le Japon ont aussi fait part de leur volonté de suivre le modèle français.

Ce qui est drôle, c’est qu’à l’étranger tout le monde montre la France comme le bon exemple à suivre en matière de riposte graduée (en oubliant de rappeler que la loi n’est pas encore passée)… et en France l’industrie du disque affirme que des pays étrangers ont déjà mis en place la riposte graduée avec succès pour justifier qu’on suive leur exemple (en oubliant de dire que c’est un gros mensonge). Pratique comme mascarade.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés