Dans une vidéo publiée par Thierry Breton sur Twitter, on découvre que le commissaire européen au commerce intérieur est allé à la rencontre d’Elon Musk. Le milliardaire promet de respecter le futur règlement européen.

Lorsqu’Elon Musk a racheté Twitter, plusieurs représentants européens se sont inquiétés de la vision du milliardaire sur la liberté d’expression. Militant « absolutiste », Elon Musk croit en un Internet où l’on peut dire tout ce que l’on veut, y compris si cela peut blesser. Une doctrine que peu partagent en Europe, un continent dans lequel on lutte depuis des années pour une meilleure modération des réseaux sociaux.

Dans la soirée du lundi 9 mai, Thierry Breton, le Commissaire européen au Marché intérieur, à qui l’on doit notamment de nombreux projets liés à la tech, s’est affiché avec Elon Musk. Dans une vidéo, les deux hommes se disent sur la même longueur d’onde.

Elon Musk est d’accord avec tout

La vidéo publiée par Thierry Breton est assez étonnante. Le Commissaire européen, en déplacement dans l’usine Tesla d’Austin au Texas, est allé parler à Elon Musk et l’utilise comme témoin dans une vidéo d’une minute, pour montrer leur bonne entente. Le style des deux hommes ne trompe pas. Thierry Breton semble ravi de son coup. Elon Musk, en t-shirt, se dit sans doute qu’il préfèrerait faire autre chose. Qu’importe, le milliardaire joue le jeu.

Au début de la vidéo, Thierry Breton flatte Elon Musk en expliquant que le milliardaire « comprend très bien » le Digital Services Act (DSA), la future loi européenne pour mieux contrôler les géants du net. Elon Musk répond être « sur la même longueur d’onde » que l’ancien ministre français, indiquant être prêt à collaborer sur tout pour rendre Twitter meilleur. Thierry Breton insiste sur l’importance de la discussion, après avoir été initialement réticent au projet de rachat du réseau social, tout en ayant dès le début dit qu’il avait confiance en Elon Musk.

Les nouveaux outils de régulation dans l’Union européenne pourront condamner Twitter à verser jusqu’à 6 % de son chiffre d’affaires mondial en cas de manquements graves répétés. Twitter devra engager des modérateurs capables de parler toutes les langues de l’Union européenne, sous peine de ne pas respecter la loi. Progressivement, la vision de la liberté d’expression totale d’Elon Musk semble s’éloigner. Le patron de Tesla et de SpaceX est de plus en plus pragmatique.