Une décision de justice vient sanctionner Molotov pour avoir diffusé sans autorisation les chaînes TF1, TMC, LCI et TFX.

Que va-t-il rester sur Molotov ? Le service, qui voulait dynamiter la télévision à l’ancienne avec, entre autres, des fonctionnalités de replay avancées, semble plutôt se transformer en pétard mouillé ces derniers temps à force d’enchaîner les déconvenues. Et de risquer de finir avec un bouquet de chaînes plus clairsemé que ce qu’il souhaitait proposer au public, à son arrivée, en 2016.

TF1 fait condamner Molotov

Car une nouvelle décision de justice est venue lui mettre des bâtons dans les roues. Rapportée par Capital dans son édition du 10 janvier 2022, elle s’avère hautement défavorable au service français de vidéo à la demande (VOD) et de retransmission linéaire des programmes télévisés. Elle s’est conclue par la décision du tribunal judiciaire de Paris de sanctionner Molotov à hauteur de 8,5 millions d’euros au profit du groupe TF1.

La sanction rendue le 7 janvier ne s’arrête pas là. Outre les dommages et intérêts à verser, le tribunal a ordonné à Molotov la cessation de la diffusion des chaînes du groupe (à savoir TF1, TMC, LCI et TFX), en raison de l’absence d’un accord entre les deux parties.

TF1 avait accepté une diffusion initiale sur Molotov, entre 2015 et jusqu’à mi-2019. Ensuite, il aurait fallu un accord prolongeant cette première autorisation, mais il n’est jamais venu.

Le logo de TF1 // Source : TF1
TF1 obtient une sanction judiciaire contre Molotov, en attendant un accord entre les deux parties.

Cet échec devant les tribunaux est le second en à peine plus d’un mois. Au début du mois de décembre, Molotov s’est retrouvé dans la même situation avec M6, avec à la clé une condamnation pour contrefaçon de 7 millions d’euros, rapportait alors dans son édition du 20 décembre 2021 Le Parisien. Les chaînes du groupe (M6, W9, 6Ter, Gulli), auparavant gratuites, sont devenues payantes, à la suite d’un accord entre les deux protagonistes.

Le deal ultérieur trouvé entre M6 et Molotov après la condamnation de décembre suggère qu’une porte de sortie existe pour TF1 et Molotov, mais essentiellement si le second accepte les conditions du premier.

Dans le cas de M6, celui-ci avait imposé les siennes à la jeune plateforme, en totalité, rapporte Capital. Un accord amiable est de fait possible également avec la première chaîne et ses filiales, à supposer que les prétentions de TF1 ne soient pas trop élevées.

(mise à jour de l’article avec une correction sur le titre et dans le texte pour le centrer sur la condamnation, et non pas sur la fin de ces chaînes sur le service)