Le MAGMA est le premier aéronef à avoir été manœuvré en utilisant uniquement une technologie de souffle supersonique. Une innovation qui pourrait avoir un impact important dans le monde de l'aviation.

Le monde de l’aviation peut célébrer quelques « premières fois » ces derniers temps. Après le premier vol de Stratolaunch, c’est au tour de BAE Systems de réussir un test crucial. Dans son communiqué de presse du 1er mai, l’entreprise anglaise a annoncé que son aéronef MAGMA a été manœuvré dans les airs sans accident. Cet UAV (un appareil qui n’embarque pas de pilote) a pour particularité d’être le premier à utiliser un système de « souffle supersonique » pour être dirigé et non des volets ou ailerons.

L’aéronef MAGMA // Source : BAE Systems

Le design du MAGMA, développé par des chercheurs de l’université de Manchester, est très différent de celui des autres aéronefs. Afin d’être manœuvrés, ces derniers embarquent tous des surfaces mobiles, notamment sur leurs ailes. Elles servent à modifier l’effet du vent sur l’appareil et donc à changer sa trajectoire et sa vitesse. Le MAGMA, lui,  ne possède aucun élément de ce genre et utilise à la place un système nommé « flap-free flight. »

Le système fonctionne ainsi : en vol, le souffle produit par le moteur circule à une vitesse supersonique à travers des fentes. Au niveau de ces dernières, des petits appareils sont installés et peuvent éjecter de l’air sur commande. En fonction de la quantité d’air éjectée, le souffle du moteur est plus ou moins dévié et l’aéronef change de direction. Pour le décollage, il repose encore sur un système de volet mécanique.

Le fonctionnement du système « flap-free flight » // Source : BAE Systems

Une technologie moins coûteuse… et adaptée à la guerre

Selon BAE Systems, la technologie utilisée pour le « flap-free flight » est un atout pour les ingénieurs. « Ils pourront créer des aéronefs plus légers, plus fiables et moins chers à produire  » promet la firme. Cela dit, le système utilisé sur le MAGMA est dédié à une tranche d’appareils très particuliers.

En effet, si BAE Systems est un géant de l’aéronautique, il est aussi un grand nom de la défense et de l’armement. La société ne s’en cache pas et précise que « les technologies de ce genre peuvent être appliquées au Système de Combat Aérien du Futur (SCAF) », un programme de développement militaire européen. L’absence de surfaces mobiles sur les aéronefs les rendraient en effet « plus difficiles à observer sur un radar. » On ne doute pas qu’une armée saurait bien utiliser cet avantage stratégique.

Partager sur les réseaux sociaux