Des milliers d'employés Amazon écoutent des conversations entre l'assistant vocal Alexa et des clients. Certains ont accès à la géolocalisation des enceintes.

Le fait que des employés d’Amazon écoutent vos conversations avec l’assistant vocal Alexa n’est en soit pas si inquiétant : c’est même nécessaire pour que votre enceinte connectée fonctionne bien. Ce qui est en revanche plus problématique, c’est le fait qu’ils aient aussi indirectement accès à des adresses, comme l’a révélé Bloomberg jeudi 24 avril.

Pas d’utilisation malveillante, mais des employés inquiets

Début avril, Bloomberg publiait un premier article au sujet des employés Amazon qui écoutent les conversations entre Alexa et des clients. Dans un second article, le média explique que certains parmi eux ont accès aux données de géolocalisation (latitude et longitude) des utilisateurs et qu’ils peuvent ainsi parfois retrouver leurs adresses.

Une enceinte Amazon Echo // Source : Capture d’écran YouTube / Amazon

Cinq employés ont confirmé cette information. Ils montrent qu’en croisant les données géographiques avec un logiciel tiers, ils peuvent savoir où certaines personnes vivent.

Rien ne laisse penser que des employés aient utilisé cette fonctionnalité à des fins malveillantes, mais des employés se disent inquiets. IIs sont parfois confrontés à des enregistrements très personnels. Si l’enceinte se déclenche par erreur en pensant avoir entendu le mot-clé qui l’active, elle peut capter des conversations privées, voire sensibles.

Amazon assurait jusqu’à présent que ses employés n’avaient aucun moyen de savoir qui avait tenu ces conversations. Dans un communiqué transmis à Bloomberg, l’entreprise a fait savoir que toutes les données étaient « très contrôlées » et que seul un petit nombre de salariés avait accès aux géolocalisations, parce que cela leur était nécessaire pour leur travail — on peut imaginer par exemple qu’ils travaillent sur des questions-réponses liés à la météo locale, des trajets ou des suggestions de restaurant situés près de l’habitation des clients.

Améliorer le service

Les écoutes des conversations avec Alexa ont en effet pour objectif d’améliorer la qualité du service. Lorsqu’ils entendent des réponses peu satisfaisantes, les employés peuvent le signaler et faire en sorte que cela ne se reproduise plus. Ils utilisent aussi les extraits pour entraîner l’intelligence artificielle d’Alexa. Google fait la même chose pour entraîner son assistant vocal (contrairement à Apple qui ne récolte aucune donnée pour Siri).

C’est légal dès lors que des conditions sont respectées. Depuis la mise en place du Règlement européen sur les données personnelles, il faut notamment que les utilisateurs puissent choisir de ne pas être écoutés. Les données doivent aussi être suffisamment protégées, chiffrées et anonymisées.

Les données doivent être protégées, chiffrées et anonymisées

D’autres données peuvent être consultées par une petite poignée d’employés d’Amazon, lorsqu’elles sont utiles pour le bon fonctionnement d’un service. C’est le cas des listes de contacts de certains utilisateurs : elles permettent de voir si Alexa a sélectionné le bon contact lorsque vous avez demandé à appeler une personne de votre répertoire.

Quelques milliers d’employés Amazon dans le monde écoutent des conversations avec Alexa. Ils travaillent 9 heures par jour, et peuvent écouter durant ce laps de temps jusqu’à 1 000 extraits audio, qui proviennent des enceintes de différents utilisateurs. Ce travail n’est pas toujours facile pour les employés, qui peuvent être confrontés aux enregistrements involontaires de scènes de violence par exemple.

Partager sur les réseaux sociaux