Depuis le mois de juin 2002, notre correspondante à la SACEM ne cesse de nous promettre les réponses à une interview vieillissante « pour les tous prochains jours ». Ayant du abandonner de ce fait l’idée de donner la parole à ceux qui se disent lésés, c’est finalement par les questions d’un confrère que nous arrivent les réponses inespérées.

Madame Catherine Kerr-Vignale est membre du Directoire de la Sacem, et plus spécifiquement en charge du dossier relatif à l’exploitation des œuvres des auteurs sur Internet. Grandlink Music News, un magazine dédié aux professionnels de la musique et des média, a eu la chance de pouvoir l’interviewer, et de nous offrir ainsi des réponses intelligentes et très lucides.

Loin de défendre les majors de l’industrie du disque comme le feraient les lobbyistes de la RIAA, Madame Kerr-Vignale défend une vision de la protection du droit d’auteur « à la française » qui nous semble aller dans le bon sens, même si certaines idées ne correspondent pas à notre vision des choses (notamment dans le volet « responsabilités » de l’interview).

Il est très intéressant d’y voir l’opposition fondamentale entre le système libéral américain défendu par la RIAA et le principe dit de la « rémunération équitable » que tente tant bien que mal de défendre la SACEM devant la Commission Européeenne.

C’est, à notre avis, une interview précieuse dont nous ne saurions trop vous conseiller la lecture :

http://news.grandlink.org/11-18-2002/11-21-itw_c-kerr-vignal.html

Les débats sont d’ores et déjà ouverts dans notre section P2Philo.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.