En septembre, une vidéo a été largement diffusée sur Facebook : on y voit une femme renverser le contenu d'une bouteille sur des hommes qui écartent les jambes dans un métro. Il s'agit d'un faux, visiblement destiné à discréditer le féminisme.

Dans le métro, plusieurs hommes sont assis, les jambes légèrement plus écartées que la moyenne. Une femme passe et leur verse de l’eau de javel, en direction des parties génitales. Présentée comme une « protestation contre le ‘manspreading’ », cette vidéo publiée sur le compte Facebook In the NOW le 26 septembre 2018 est en fait un faux contenu.

Cette vidéo, d’abord publiée par la chaîne russe d’Anna Dovgalyuk, a été reprise par plusieurs médias comme Vice ou le Daily Mail. La publication sur In The Now, qui a rajouté des sous titres anglais, a contribué à la rendre populaire.

Partagée à plus de 50 000 reprises et visionnée 6 millions de fois, cette vidéo a suscité de nombreux commentaires désapprobateurs, critiquant la conduite de la femme que l’on voit dans ces images. Comme le rapporte The Verge le 8 octobre, cela aurait été précisément le but qui était poursuivi par les créateurs de ce contenu d’origine russe. Ils semblent avoir souhaité en faire un outil de propagande anti-féministe.

Les participants ont été payés

Il s’agissait bien d’une mise en scène, a relayé un média local de Saint-Pétersbourg dans un article repéré par The Verge. Les hommes présents dans cette vidéo ont été rémunérés afin de se faire passer pour les victimes d’Anna Dovgalyuk. Celle-ci est dépeinte comme une féministe décidée à se venger des hommes qui écartent trop leurs jambes dans les transports en commun.

Cette vidéo est un faux. // Source : Capture d’écran de la vidéo d’In the Now sur Facebook prise le 9 octobre 2018.

Dans une publication sur Facebook évoquée par nos confrères, supprimée depuis, l’un des acteurs a confirmé qu’il avait été payé pour cette prestation. Il évoque un sentiment de satisfaction au moment de « partir avec un salaire » après être arrivé « sur le tournage avec deux pantalons de rechange ».

Le contenu aurait été tourné par My Duck’s Vision, un studio situé au Kremlin qui s’est fait une spécialité dans le tournage de vidéos virales. Contacté par The Verge, l’organisation nie être impliqué dans cette vidéo de propagande, clairement destinée à donner une image négative des féministes qui critiquent le manspreading. L’un des commentaires les plus visibles sous la vidéo s’insurge en disant qu’il ne s’agit pas « d’une protestation, mais d’une agression. »

In The Now, la page Facebook de vidéos virales (qui ressemble volontairement au média américain Now This) est une page créée par le média pro-Kremlin Russia Today (RT). Ils partagent pourtant toutes les images, en précisant une seule fois « certains disent que c’est une mise en scène ». In The Now est une page qui existe aussi sur RT France.

Ce faux semble destiné à donner une image négative des féministes

En réaction à cette vidéo, Buzzfeed rapporte que Vitaly Milonov, homme politique membre du parti Russie unie, s’est empressé de critiquer le féminisme à la suite de la publication de la vidéo. Il estime que ce courant de pensée est un « point de vue absolument radical. »

Le concept du manspreading a fait l’objet d’une grande médiatisation pendant l’été 2017 : après Madrid, la mairie de Paris a mis ce problème à l’agenda public en cherchant à sensibiliser les utilisateurs de la RATP à la manière dont certains hommes prennent beaucoup de place dans le métro en écartant très largement les jambes sans aucune raison, ce qui laisse peu d’espace aux autres usagers et usagères dans les transports en commun.

Partager sur les réseaux sociaux