Grâce à Ancestry, en renseignant votre ADN vous pourrez désormais générer une playlist Spotify en lien avec votre généalogie.

Que se passe-t-il lorsqu’une des plateformes de streaming les plus utilisées au monde noue un partenariat avec le leader mondial de la généalogie ? Des playlists selon votre ADN.

Depuis le 20 septembre 2018, Spotify s’est associé à Ancestry, une entreprise américaine majeure dans le domaine des tests génétiques en libre accès. Une idée… clivante.

Quel est le son de votre arbre généalogique ?

L’alliance semble insolite et elle a pourtant bien lieu. Ancestry est une firme basée dans la ville utahaine de Lehi, où 93,3 % de la population est de confession mormone tout comme le fondateur d’Ancestry, Paul Brent Allen. Elle vous propose désormais d’écouter ce à quoi ressemble l’identité musicale de votre génétique grâce à Spotify.

Pour cela, vous devrez bien évidemment passer par un test. Le kit d’analyse coûte 99 dollars, sans compter les frais d’envoi. Assez cher pour obtenir du France Gall, Jain et Nekfeu quand on renseigne des origines françaises, comme le relève Usbek & Rica.

Le test présente légèrement plus d’intérêt lorsqu’on ne connaît pas ses origines. C’est le cas d’Ashley Reese, journaliste afro-américaine. Ne connaissant rien de ses origines sinon qu’elles proviendraient de l’ouest africain, elle a fait le test et joué le jeu du partenariat Spotify/Ancestry.

Omar Medina Films

Le résultat semble décevant. Si les découvertes côté continent africain sont appréciées par la journaliste, il n’en est rien côté britannique où les propositions paraissent aussi pauvres que celles reçues par une personne aux origines exclusivement françaises. Le partenariat vient tout juste d’être lancé ; peut-être faut-il du temps à la fonctionnalité pour affiner sa sélection de titres.

Pour Vineet Mehra, directeur marketing chez Ancestry, tout ceci représente bien plus que de simples données et statistiques. « Comment aider les gens à expérimenter leur culture et pas simplement lire à ce sujet ? La musique semblait un choix évident  », déclare-t-il auprès de Quartz. Si cette alliance peut potentiellement extraire quelqu’un de sa bulle, encore faut-il que la qualité et la diversité suivent.

Pour rappel, les tests ADN sont interdits en France mais, en pratique, rien ne vous empêche d’envoyer votre petit kit génétique.

Partager sur les réseaux sociaux