Grosse avancée pour la 5G : Qualcomm a officialisé les envois de premières antennes à ses partenaires.

La 5G frappe à nos portes. Qualcomm a publié un communiqué de presse le lundi 23 juillet pour dévoiler un module d’antennes capable d’utiliser les signaux en mmWave très exigeants. Des signaux qui n’étaient pas utilisés en téléphonie auparavant à cause des problèmes techniques qu’ils posent. Le constructeur a, semble-t-il, trouvé la solution. La technologie devrait intégrer les téléphones dès l’année prochaine.

En tout cas, Qualcomm a confirmé à Endgadget qu’il avait envoyé les premiers exemplaires à certains partenaires et qu’il allait travailler avec eux sur les derniers détails pouvant empêcher les antennes 5G de fonctionner correctement.

CC Kārlis Dambrāns

Une vraie avancée pour Qualcomm (et la 5G)

Les signaux en mmWave posent souci : ils sont très sensibles aux interférences et, par exemple, peuvent être brouillés uniquement par un mouvement de la main. La solution QTM052 a été développée pour contourner ces obstacles et se compose de quatre antennes reposant sur des algorithmes pour capter de la manière la plus efficace et fiable possible. Qualcomm a suffisamment miniaturisé le composant pour qu’il n’excède pas le diamètre d’un penny (un peu moins de 2 cm) et puisse prendre place dans une majorité d’appareils de plus en plus compacts.

Déjà dévoilé, le modem Snapdragon X50 5G peut accueillir jusqu’à quatre QTM052, soit seize antennes en tout (quatre de chaque côté). Un autre tour de force qui permettra de contourner les obstacles engendrés par des signaux en mmWave. « Cela permet aux constructeurs de continuer à évoluer dans le design de leurs appareils, offrant des formes attractives combinées aux bénéfices de la vitesse offerte par la 5G », explique Qualcomm, qui espère voir de tels appareils commercialisés durant la première moitié de 2019 et a également conçu un module RF sub-6 GHz (pour les environnements moins denses).

Partager sur les réseaux sociaux