Nous sentions le vent tourner et aujourd’hui Digital Music News semble le confirmer. Selon ce site généralement très bien informé, une des quatre majors s’apprête à révéler peut-être dès cette semaine un accord portant sur des MP3 sans DRM.

Julieu Ulrich, le directeur de VirginMega, nous l’avait laissé entendre lorsque sa plate-forme lançait sur le marché français un premier MP3 vendu sans DRM. VirginMega préparait alors le lancement d’une offre entièrement sans DRM, et « aucune major nous a dit ok mais il y en a une qui serait peut être intéressée« , nous confiait Julien Ulrich. VirginMega espère lancer une offre 100 % sans DRM d’ici la fin du premier semestre 2007.

Plus récemment, InSound annonçait que « Deux des [quatre] majors nous ont indiquées qu’elles étaient intéressées et prêtes à conclure un accord pour des MP3 dans le futur proche« . Moins tranchant mais tout aussi révélateur, Paul Birch, membre du comité exécutif et du conseil de l’IFPI (Fédération Internationale de l’Industrie Phonographiques), expliquait que « les DRM, tels que nous les connaissons, c’est fini. Il y aura peut-être des successeurs aux DRM mais c’est un autre sujet« . « Aujourd’hui même, ils sont morts, les majors se tournent vers un nouveau modèle« , disait Paul Birch.

Et voilà qu’aujourd’hui Digital Music News rapporte les confidences qu’il a obtenu d’un « haut cadre d’un grand label ». Selon cette source haut placée, une des quatre majors de l’industrie prépare un lancement important à base de fichiers MP3. « Le label va rendre une grande partie de son catalogue disponible en MP3« , annonce-t-il sous convert d’anonymat, et sans préciser de quel label il s’agit. Selon DMN, il pourrait s’agir d’EMI, qui a été la première major à proposer tout un album sans DRM, avec Yahoo.

« Plus d’informations devraient probablement faire surface plus tard dans la semaine« , assure Digital Music News.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.