YouTube a dévoilé son premier rapport trimestriel portant sur la modération de ses contenus. La plateforme a supprimé plus de 8 millions de contenus entre octobre et décembre 2017, dont une large part signalée par des machines.

Au mois de décembre 2017, Youtube promettait davantage de modération humaine et une monétisation plus encadrée pour limiter les dérives sur sa plateforme. Quelques mois plus tard, le site dévoile son tout premier rapport trimestriel, portant sur la modération, pendant les trois derniers mois de l’année 2017.

On y apprend notamment que Youtube a supprimé plus de 8 millions de vidéos entre octobre et décembre dernier. « La majeure partie de ces 8 millions de vidéos était principalement composée de spams ou de personnes qui tentaient de télécharger des contenus pour adultes », précise la plateforme.

6,7 millions de signalements « par des machines »

« 6,7 millions de vidéos ont été signalées pour la première fois par des machines plutôt que par des humains. Sur ces 6,7 millions de vidéos, 76 % ont été retirées avant d’avoir comptabilisé une seule vue », avance YouTube. La plateforme souligne, qu’avec l’ajout de l’apprentissage automatique en juin dernier, plus de la moitié des vidéos supprimées sont des contenus violents.

youtube
CC Masaki Tokutomi

« Nous faisons un premier pas important en publiant un rapport trimestriel sur la manière dont nous renforçons la ligne de conduite de notre communauté. Cette mise à jour régulière nous aidera à montrer nos progrès dans la suppression des contenus non conformes à notre plateforme », écrit YouTube dans une publication datée du 23 avril 2018.

La plateforme annonce ainsi qu’elle entend améliorer son outil de signalement des contenus inappropriés d’ici la fin de l’année en cours, notamment la rapidité avec laquelle YouTube parvient à les supprimer.

Par ailleurs, le site annonce la mise en place d’un tableau de bord, consultable ici, sur lequel chaque utilisateur de la plateforme peut suivre le statut des vidéos qu’il a préalablement signalées.

Partager sur les réseaux sociaux