Le régulateur américain des télécoms a publié l’étiquette qui devrait se retrouver sur la boîte des Spectacles de deuxième génération. Un pari risqué pour Snapchat.


Snapchat avait surpris avec ses Spectacles. Le réseau social préféré des adolescents s’était en effet lancé sur le secteur complexe du hardware avec des arguments plutôt maigres : rendre cool les lunettes connectées, là où un Google avait échoué. Pour cela, le cocktail était efficace : des lunettes au look reconnaissable entre mille qui ne servaient qu’à une chose — prendre des photographies et des courtes vidéos pour alimenter des stories Snapchat. Leur prise en main était effectivement une bonne surprise, mais nous nous sommes naturellement lassés des lunettes après quelques mois. Produit cool, certes, mais pas un must-have.

On sait aujourd’hui que Snapchat planche sur de nouveaux concepts de Spectacles et que, de l’aveu même d’Evan Spiegel, sa maison mère Snap se voit plus comme une entreprise dédiée aux caméras que comme un réseau social. En ce sens, itérer sur les Spectacles est loin d’être absurde. Un document soumis à la FCC, régulateur des télécoms américain, tendrait à confirmer que la sortie des Spectacles de deuxième génération approche.

Pour rappel, les rumeurs évoquent une amélioration légère des lunettes, qui permettrait notamment de les amener à maturité sur certains points critique — la vitesse des transferts, en particulier. Une troisième version, plus radicale dans ses avancées, pourrait débarquer plus tard et proposer plusieurs caméras.

Le document de la FCC, qui n’est pas une preuve qu’un produit va sortir mais une indication tout de même forte forte d’une commercialisation prochaine fait référence à un Model 002. Il pourrait donc s’agir de la deuxième génération de Spectacles censée apporter quelques raffinements et non la revue complète de la copie. L’annonce officielle du modèle est maintenant attendue.

Reste que la firme d’Evan Spiegel s’est retrouvée avec un bon nombre de Spectacles de première génération entre les mains, n’ayant pas trouvé preneur. On se demande comment cette éventuelle deuxième itération pourrait convaincre le grand public.

Partager sur les réseaux sociaux