Une défaillance technique non expliquée a perturbé près de 15 000 vols en Europe le 3 avril 2018. Eurocontrol, l'organisation chargée de la navigation aérienne sur le continent, a réglé le problème en quelques heures.

Les drones ne sont pas les seuls à semer la zizanie dans les aéroports. Les défaillances électroniques peuvent aussi perturber le bon déroulement des vols, comme vient de le constater Eurocontrol, l’instance européenne chargée de la navigation aérienne en Europe.

L’organisation intergouvernementale vient en effet d’annoncer avoir corrigé une erreur qui a entraîné un retard généralisé des vols en Europe. Le 3 avril 2018, Eurocontrol a présenté ses excuses pour cet incident : « Il y a eu un problème avec le système amélioré de gestion tactique des flux de trafic. Des procédures d’urgence ont été mises en œuvre, ce qui aura pour effet de réduire la capacité du réseau européen d’environ 10 % », a publié l’organisation dans un tweet.

Eurocontrol a également précisé que l’incident était susceptible de perturber la moitié des vols en Europe, soit environ 15 000 voyages. À 19 heures (GMT), le gestionnaire a fait savoir que la défaillance était réglée, et que les opérations avaient repris leur cours normal.

« Pas d’ingérence extérieure »

Le 4 avril, Eurocontrol a ajouté qu’une enquête était menée sur la panne et la manière dont la procédure d’urgence a été appliquée. « L’événement déclencheur était un lien incorrect entre le test d’une nouvelle version du logiciel et le système opérationnel en activité ; cela a conduit à la suppression de tous les plans de vols actuels sur le système. Nous sommes certains qu’il n’y a pas eu d’ingérence extérieure », a précisé l’organisation dans un communiqué.

En outre, Eurocontrol assure que la sécurité n’a pas été compromise, car le contrôle du trafic aérien lui-même n’a pas été directement affecté par l’incident. Un peu plus tôt dans la journée, plusieurs aéroports européens ont prévenu leurs passagers qu’ils devaient s’attendre à d’éventuels retards, notamment à Bruxelles, Amsterdam, Helsinki et Dublin.

Les passagers ayant subi un retard à cause de la défaillance ne pourront probablement pas bénéficier d’une indemnisation, comme le prévoit habituellement la législation européenne. En effet, le retard engendré par une « circonstance extraordinaire » échappant au contrôle des compagnies aériennes fait figure d’exception.

Partager sur les réseaux sociaux