Valve ne croit plus en ses Steam Machines. Au point qu'elles ont désormais disparu de l'onglet hardware de sa boutique. Une agonie dans l'indifférence générale.

Mise à jour du 4 avril 2018  : Valve a communiqué sur la disparition des Steam Machines de l’onglet matériel de sa boutique. Il justifie sa décision par « une routine de nettoyage  » basée « sur le trafic des utilisateurs  ». Pour autant, le géant américain ne souhaite pas en finir totalement avec les Steam Machines puisque la section perdurera. 

«  Bien qu’il est vrai que les ventes de Steam Machines ne décollent pas, notre objectif de proposer une plateforme de jeu vidéo ouverte et compétitive n’a pas changé. Nous travaillons toujours d’arrache-pied pour faire de Linux un endroit meilleur pour le gaming et les applications  », précise Valve, ajoutant que les Steam Machines ont notamment permis de faire évoluer l’API Vulkan.

Traduction : Valve croit encore un peu aux Steam Machines, mais plus suffisamment pour qu’elles aient pignon sur rue sur son store. 

Article original du 3 avril 2018  : Sur la boutique de Valve, les Steam Machines ont disparu. Cette machine hybride PC/console, dont le concept s’annonçait alléchant sur le papier, n’a jamais trouvé son public. Lancées en 2015 avec un an de retard, elles n’apparaissaient même plus, ce 3 avril 2018, sur l’onglet déroulant dédié au hardware. Il renvoie désormais sur trois entrées : le Steam Controller, le HTC Vive et le Steam Link, trois produits auxquels croit toujours Valve. Ce qui n’est plus le cas des Steam Machines, malgré le fait que la page produit existe toujours.

RIP Steam Machines

Le vrai problème avec les Steam Machines ? Le positionnement du produit. Ce n’est pas vraiment un PC, malgré des caractéristiques ronflantes et un système d’exploitation dédié (SteamOS). Mais ce n’est pas vraiment non plus une console, malgré un format similaire. Valve pensait allier le meilleur de deux mondes, qui ne partagent pas tout à fait le même public. Ce faisant, la cible potentielle s’est soit tournée vers un vrai PC, soit vers une vraie console. Les premiers chiffres ont d’ailleurs très vite sonné le glas du concept : moins de 500 000 ventes en un peu plus d’un semestre.

Valve a aussi tué les Steam Machines dans l’oeuf en les cannibalisant avec le Steam Link, un petit boîtier à relier à son téléviseur pour profiter de son catalogue de jeux en streaming depuis un PC. Le tout pour 54,99 euros seulement (moins de cent euros avec une manette). Le géant américain pouvait difficilement faire cohabiter les deux produits orientés sur la même promesse : jouer à Steam dans son salon (ce qu’autorise aussi une tour PC d’ailleurs).

À l’heure où nous écrivons ces lignes, il est encore possible de dénicher une Steam Machine sur certaines plateformes d’e-commerce, mais c’est une prouesse qui risque d’être de plus en plus compliquée.

Partager sur les réseaux sociaux