Soucieux de faire de Lagonda une marque de luxe 100 % électrique, Aston Martin montre un premier concept royal, à la limite du too much.

Pour Aston Martin, les voitures de demain, à la fois électriques et autonomes, pourront aussi être très luxueuses. Et le constructeur britannique entend le prouver avec la marque Lagonda et un premier prototype montré à l’occasion du salon automobile de Genève. Baptisé Lagonda Vision Concept, il offre un aperçu de ce que pourra être un véhicule qui n’aurait pas sacrifié l’esthétique sur l’autel de la technologie. C’est très joli, tout en créant une rupture nette avec ce nous connaissons aujourd’hui dans nos habitacles d’abord pensés pour être pratiques.

Le luxe à l’état pur

Les designers s’appuient d’abord sur le gain de place offert par la motorisation électrique. En installant les batteries sur le plancher, la Lagonda Vision Concept et ses futures déclinaisons commerciales sont à même de s’appuyer sur un confort certain pour les passagers (jusqu’à quatre adultes). Un confort, disons plutôt une impression, autrement assuré par les matériaux choisis pour habiller l’habitacle. D’ailleurs, les concepteurs ont d’abord dessiné l’intérieur et, sous la houlette de David Snowdon, créateur de meubles contemporains et neveu d’Elizabeth II, excusez du peu, ont mis les petits plats dans les grands.

Voilà pourquoi la cabine de la Lagonda Vision Concept est aussi distinguée et raffinée. En son sein se côtoient du carbone, de la céramique, du cachemire et même de la soie. C’est sans doute un peu trop mais toujours est-il que ces choix en matière de design confèrent un certain cachet affirmant les ambitions sans concession d’Aston Martin.

Au-delà des objectifs en termes de confort et de luxe, la Lagonda Vision Concept se veut comme le symbole de la conduite autonome — de niveau 4. Paradoxalement, elle possède toujours un volant qui peut naviguer de gauche à droite en fonction de celui qui souhaiterait conduire. Sinon, les sièges sont capables de pivoter à 180 degrés afin que les passagers puissent se faire face et vaquer à des occupations pendant un trajet, qu’elles soient sociales, divertissantes ou les deux. «  On imagine que la plupart des utilisateurs de Lagonda choisiront d’être conduits, que ce soit par un humain ou un ordinateur. Et s’ils veulent conduire eux-mêmes, la voiture leur permettra avec une expérience mémorable. Lagonda offrira ce choix  » souligne Andy Palmer, CEO d’Aston Martin.

Aston Martin prévoit d’entrer en production en 2021 pour le lancement deux ans plus tard d’un coupé et d’un SUV. Il rêve de véhicules aptes à fournir près de 650 kilomètres d’autonomie. Autant dire que la technologie ne sera pas sacrifiée elle non plus.

Partager sur les réseaux sociaux