Intel avait constaté qu'un microcode destiné à contrer les vulnérabilités Meltdown et Spectre engendrait un taux de redémarrage intempestif du PC plus important. Le groupe a alors suspendu sa diffusion et lancé des investigations pour en déterminer la cause. Une nouvelle version du correctif est en cours de déploiement.

Bonne nouvelle si vous possédez un processeur commercialisé par Intel : le souci des redémarrages aléatoires, qui a été remarqué lors de la diffusion de correctifs censés régler le compte ou, à tout le moins, atténuer les effets des vulnérabilités Meltdown et Spectre, est sur le point d’appartenir au passé.

En effet, l’entreprise américaine a commencé à diffuser un nouveau microcode, dédié à la faille Spectre, à ses partenaires industriels pour qu’ils puissent l’intégrer dans leurs propres mises à jour qui seront ensuite envoyées à leurs clients. Dans un premier temps, ce microcode ne concerne que le matériel avec l’architecture Skylake, qui est utilisée dans les processeurs du groupe vendus depuis 2015.

intel-cpu-processeur
CC Dmitry Grigoriev

Patience pour les autres processeurs

Intel explique dans un billet de blog que la nouvelle version de son microcode pour les autres familles de processeurs suivra dans les prochains jours, en l’occurrence les architectures Broadwell et Haswell, dont la date de commercialisation est antérieure à Skylake. L’entreprise considère qu’il lui faut encore procéder à un certain nombre de vérifications avant de les juger aptes au service.

La découverte du problème du redémarrage intempestif, le microcode augmentant la probabilité d’un reboot de la machine, a conduit Intel à émettre un conseil inhabituel, qui a consisté à dire à sa clientèle de ne pas installer certains patchs. Cette décision a été aussi reprise par l’industrie, à l’image de Microsoft, qui a désactivé une solution servant à atténuer les effets de la faille en attendant un meilleur patch d’Intel.

À lire sur Numerama : Faille sur les processeurs Intel  : quelles protections, quelles conséquences possibles

Partager sur les réseaux sociaux