Après Hawaii, le service publique de radiotélévision japonais envoie une alerte au missile par erreur.

L’année 2018 n’a connu que 17 jours et pourtant, deux erreurs plutôt graves ont été faites avec les systèmes d’alerte antimissile. En début de semaine, c’était Hawaii qui envoyait à ses habitants un message en push pour les alerter de l’arrivée imminente d’un missile. Une fausse information qui, a priori, vient d’un problème d’interface — et d’un opérateur humain qui s’est fait avoir. Mardi 16, le Japon s’est fait la même frayeur.

Vers 19h, heure locale, un message a été envoyé par l’application NHK, soit l’entreprise publique de radiotélévision japonaise, affirmant qu’un missile était en route pour le pays. Cette fois, l’entreprise s’est faite plus précise et a directement accusé la Corée du Nord dans sa notification. « Le gouvernement demande aux citoyens de trouver refuge dans les bâtiments ou dans les sous-sols  », disait l’alerte.

La frayeur n’aura duré que 10 minutes : NHK a diffusé une nouvelle alerte pour contredire la première information. D’après le service, un membre du personnel s’est « trompé en manipulant l’équipement qui permet de diffuser des alertes sur Internet ». Bref, encore une fois, l’humain est en cause… ou l’interface.

Partager sur les réseaux sociaux