BMW a écoulé 100 000 voitures électrifiées cette année. Un joli succès pour le constructeur.

Les voitures électrifiées vendues par BMW vont bien, merci pour elles. En volume, elles pèsent carrément 100 000 immatriculations sur l’année 2017. Cela peut paraître peu mais c’est loin d’être négligeable pour un marché encore balbutiant (en France, la barre des 40 000 voitures vendues, toutes marques confondues, devrait être franchie) et sachant que l’on parle ici d’un seul constructeur, qui plus est orienté vers un segment premium. En tout cas, BMW est plutôt confiant pour l’avenir et s’attend à ce que le modèle i3, 100 % électrique pour sa part, se vende encore mieux en 2018.

La BMW i3, 100 % électrique

BMW attire des nouveaux clients

Robert Irlinger, à la tête de BMW i, a partagé quelques statistiques intéressantes sur les possesseurs de i3 et i8. Dans les colonnes de Ars Technica, il a ainsi expliqué que les deux véhicules électriques attiraient plus les nouveaux clients que les anciens. Plus concrètement, il note qu’un acheteur d’une i3 sur trois roulait en BMW auparavant et que 80 % des i8 sortant de ses concessions sont vendues à des nouveaux clients. C’est une véritable aubaine pour la firme, qui s’assure déjà un nouveau public avant d’avoir réussi à convaincre celui qui était le sien.

Il souligne par ailleurs que les gens sont très soucieux de l’autonomie et des infrastructures mises à leur disposition pour recharger la batterie. Un point qui nourrit un certain paradoxe : les possesseurs d’une i3 ne réclament pas l’upgrade de batterie proposée par le constructeur (et faisant gagner plus de 150 kilomètres) ou, plutôt, ils sont peu à l’avoir fait.

Et la conduite autonome, prévue pour 2021, dans tout ça ? « Nous ne dirons pas que toutes les BMW du futur seront autonomes. Cela dépendra du client. Mais s’il y a une demande pour la technologie, on pourra l’utiliser. Par exemple, lors des heures de pointe à LA, ce n’est pas une partie de plaisir de conduire. Juste en poussant un bouton, la voiture vous emmènera où vous le voulez » explique Robert Irlinger, affirmant le positionnement de BMW sur le sujet : a priori, la conduite autonome sera davantage vue comme une option.

Partager sur les réseaux sociaux