Selon Bloomberg, Amazon s'approche de son objectif technologique avec les boutiques Amazon Go. Le système toujours inaccessible au public avait pris du retard.

La boutique robotisée Amazon Go va bientôt célébrer ses un an d’existence. Encore en phase d’expérimentation, le magasin serait toutefois en passe d’être finalisé. L’expérience menée par Amazon se révélerait concluante et le géant du e-commerce envisagerait désormais d’étendre sa technologie et de laisser le public utiliser Amazon Go.

Pikachu teste

Pour rappel, l’unique boutique Amazon Go essaie un système de paiement des marchandises ne nécessitant pas de passage en caisse. Les clients choisissent sur les étals leurs achats et paient automatiquement en sortant du magasin. Ce fonctionnement est possible grâce à la surveillance des clients par des caméras intelligentes qui comptent le nombre d’articles choisis par le client dans les rayons.

Amazon Go

Depuis la mise en service de la boutique, les employés auraient tenté, à plusieurs reprises, de tromper le système de surveillance. Bloomberg raconte ainsi que des employés sont allés jusqu’à porter un costume de Pikachu pour détourner l’attention de l’algorithme : il aurait réussi malgré tout à compter les marchandises cachés dans le costume.

À Seattle, Amazon Go devait ouvrir ses portes au public plus tôt cette année, mais au printemps, des difficultés techniques reportaient l’ouverture. Aujourd’hui, selon la source du Bloomberg, le défi technique demeure complet, mais la technologie aurait été grandement améliorée. Il semblerait en outre que le système soit déjà au point pour les personnes faisant leurs provisions seules, mais la détection des achats rencontrerait des difficultés à gérer des groupes et des familles ou encore à comprendre les couples.

Amazon se considère pourtant bientôt prêt à lancer sa technologie auprès du public, ayant décidé pour cet objectif d’embaucher des spécialistes du retail pour débuter un plan d’envergure. Les analystes estiment que le géant pourrait rapidement déployer la technologie dans ses librairies, au nombre de 13 aux États-Unis, ou de manière plus ambitieuse dans les magasins Whole Foods, rachetés plus tôt cette année par Amazon.

Partager sur les réseaux sociaux