Un hacker aurait trouvé une faille dans le navigateur internet de la Nintendo Switch.

Mise à jour du 14/03/17 : le joueur en question a publié un tweet affirmant qu’il n’a pas à proprement parler jailbreaké la Switch : « Soyons clair : je n’ai pas jailbreaké la Switch. J’ai simplement fait la démonstration d’une [faille] qui me donne des droits de code exec dans le navigateur. »

La Nintendo Switch a été hackée. Selon les informations de Venturebeat, un dénommé qwertyoruiop a trouvé la faille une dizaine de jours seulement après le lancement de la console hybride, qui a réussi son lancement. L’intéressé a simplement posté une photo de la machine, posée sur un laptop dont l’écran arbore des lignes de code. Le mot « Done » apparaît sur celui de la console, tel un témoin de l’exploit du hacker qui n’a pas perdu de temps pour détourner la Switch du droit chemin.

nintendo_switch_hack_webkit

Trop facile

Apparemment, qwertyoruiop, connu pour s’être déjà attaqué à iOS (plusieurs jailbreaks) ou encore à la PlayStation 4 (le firmware 1.76), s’est servi d’une faille dans le navigateur internet de la Switch, une fonctionnalité pourtant toujours absente pour le grand public (s’il y a des failles, on comprend mieux pourquoi). Il a d’ailleurs fait appel à un Webkit jailbreakMe iOS légèrement modifié pour détourner la console de Nintendo. La réputation du hacker laisse à penser qu’il ne s’agit pas d’un canular, même si nous n’avons qu’une photo sous la main pour croire à sa performance.

Bien sûr, on parle ici d’une faille de sécurité et, de toute évidence, la Nintendo Switch ne fait pas (encore ?) tourner des jeux piratés. En revanche, on peut s’attendre à ce que Nintendo déploie rapidement un nouveau firmware pour colmater la brèche avant qu’elle ne porte vraiment préjudice à la Switch et sa réputation, déjà entachée par quelques problèmes de jeunesse.