C'est un timing très malheureux. Alors que SpaceX va organiser dans une semaine un vol habité pour démontrer sa capacité à rallier l'ISS, la NASA perd son chef des vols habités.

Que se passe-t-il à la NASA ? Dans pile une semaine, l’agence spatiale américaine doit encadrer le tout premier vol habité organisé par SpaceX en direction de la Station spatiale internationale (ISS). Mais comme l’a appris NPR, le chef du programme des vols habités, Doug Loverro, a démissionné. Un départ qui tombe très mal, car il survient à un moment critique pour les États-Unis.

Douglas Loverro Nasa
Douglas Loverro, en décembre 2019. // Source : NASA/Joel Kowsky

C’est en effet le 27 mai que l’on saura si les USA ont officiellement retrouvé une capacité d’accès autonome à l’espace. En effet, l’Amérique a perdu ses ailes en 2011 avec le retrait de la navette spatiale — celle-ci a connu au cours de son histoire deux catastrophes, en 1986 et 2003. Depuis, Washington doit s’en remettre à Moscou pour envoyer ses astronautes sur l’ISS.

Le retrait de Doug Loverro interroge donc : quel évènement peut conduire le patron des vols habités de la NASA à partir au moment où les vols habités vont justement reprendre ?

Une faute personnelle

Au regard des déclarations tenues par Doug Loverro, il semble que l’intéressé ait commis une faute dont la nature demeure inconnue. Dans un mémo adressé à son équipe, que les médias ont pu consulter, il déclare que « les risques que nous prenons, qu’ils soient techniques, politiques ou personnels, ont tous des conséquences potentielles si nous les jugeons incorrectement. »

« J’ai pris un tel risque en début d’année parce que je l’ai jugé nécessaire pour remplir notre mission. Aujourd’hui, au fil du temps, il est clair que j’ai commis une erreur dans ce choix dont je suis le seul à devoir supporter les conséquences », ajoute-t-il. Selon une source proche du dossier, des infractions aux réglementations auraient été commises et il lui a été demandé de partir.

Jim Bridenstine, l’administrateur de la Nasa, visitant la capsule de SpaceX qui servira à acheminer des équipages sur l’ISS. // Source : Aubrey Gemignani

«  Je tiens à préciser que le fait que je franchisse cette étape n’a rien à voir avec vos performances en tant qu’organisation ni avec les plans que nous avons mis en œuvre pour remplir notre mission. Mon départ est dû à mes actions personnelles, et non à ce que nous avons accompli ensemble », poursuit-il. Les performances de SpaceX ne sont pas non plus en cause, à l’entendre.

Questionné à ce sujet par The Verge, il assure que son départ n’a rien à voir avec le projet « Commercial Crew » dans lequel est impliqué SpaceX, mais aussi Boeing avec sa future capsule Starliner. Douglas Loverro avait été nommé à la tête de ce département des vols habités en octobre 2019, en remplacement de Kenneth Bowersox, qui assurait l’intérim après le départ de Bill Gerstenmaier.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo