Nombreuses sont les entreprises à avoir annoncé la production de solutions hydroalcooliques ou de protections médicales. À cette liste, on peut désormais ajouter SpaceX.

LVMH qui mobilise ses lignes de production de parfums et cosmétiques pour produire des solutions hydroalcooliques. Balenciaga, Gucci ou encore Saint-Laurent qui font de même avec les masques. Ford ou encore GM qui se disent prêts à fabriquer des respirateurs artificiels pour aider le secteur de la santé. Sans parler de Danone, L’Oréal, Pernod-Ricard, Dyson ou encore d’Yves Rocher.

La crise sanitaire que traverse le monde avec l’épidémie de coronavirus donne lieu à une réorganisation parfois spectaculaire des entreprises, décidées à épauler la confection d’équipements de protection pour les soignants en première ligne dans cette pandémie, mais aussi les personnes devant continuer à travailler pour faire tourner un certain nombre de secteurs économiques.

Les solutions hydroalcooliques sont extrêmement recherchées, notamment par le personnel médical. // Source : Louise Audry pour Numerama

SpaceX fournit protections et gels

À cette liste, on peut désormais ajouter SpaceX. Selon un mémo consulté par CNBC, l’entreprise spécialisée dans l’astronautique et le vol spatial mobilise aussi ses équipes pour produire des solutions hydroalcooliques ainsi que des visières de protection, qui sont ensuite livrées aux organisations qui en ont besoin. La recette d’une solution hydroalcoolique est d’ailleurs en libre accès, permettant aussi aux pharmacies d’en produire.

Selon les statistiques obtenues par CNBC, SpaceX a fait don de 100 surblouses et a conçu 75 visières de protection au cours des derniers jours — des équipements qui ont été livrés à l’hôpital situé à proximité du QG de l’entreprise. Cela peut sembler modeste au regard des besoins, mais l’effort demeure collectif et toute aide, même minime, reste bonne à prendre dans pareille situation.

SpaceX n’est pas la seule firme d’Elon Musk à contribuer à cet « effort de guerre » médical. Tesla, le constructeur automobile spécialisé dans les voitures électriques, a aussi ajusté certaines de ses chaînes d’assemblage pour construire de l’équipement (que ce soient des respirateurs artificiels ou des masques de protection en plastique), faute de pouvoir continuer ses activités courantes du fait du confinement.

La nécessité d’appliquer une forte distanciation sociale pour casser la chaîne de propagation du coronavirus, un agent pathogène fortement infectieux, n’a pas seulement suspendu les relations sociales : elle a désorganisé les entreprises et les administrations. En ce qui concerne SpaceX, ses missions spatiales à court terme sont menacées : le vol prévu le 30 mars paraît intenable.

Partager sur les réseaux sociaux