Alors que le mouvement social en Guyane s’achève, Arianespace vient d’ajuster son planning pour les mois à venir : trois lancements ont été reprogrammés.

Arianespace retrouve une activité normale. Maintenant que le mouvement social en Guyane s’est conclu après cinq semaines de lutte d’une ampleur exceptionnelle par un accord à trois milliards d’euros avec le gouvernement, le centre des opérations de Kourou peut planifier à nouveau des lancements de fusée dans l’espace.

Le premier vol prévu par Arianespace aura lieu le 4 mai. Il s’agit de la mission VA236, qui doit s’achever par la mise en orbite de deux satellites, construits par la société ThalesAleniaSpace, le premier au profit de l’opérateur brésilien Telebras, le second pour son homologue sud-coréen ktsat.

ariane-5

CC Falcon

Au départ, la mission VA236 devait avoir lieu en mars mais les manifestations locales ont conduit le centre spatial guyanais à suspendre ses opérations, du fait du blocage de l’accès à la base. Ce n’est que le 22 avril que les barrages ont été levés par les manifestants. La mission VA236 avait été reportée à plusieurs reprises.

Douze lancements prévus en 2017

En parallèle, Arianespace a confirmé la suite de son calendrier. La mission VS17 aura lieu le 18 mai avec un lanceur Soyouz pour mettre en orbite le satellite SES-15 au profit de la firme SES. La mission VA237 aura lieu quant à elle le 1er juin. Il s’agira d’acheminer dans l’espace les satellites ViaSat-2 et E172B pour ViaSat et Eutelsat.

Selon Arianespace, la situation sociale en Guyane n’a pas affecté le planning des six autres missions prévues cette année ; il reste inchangé. L’entreprise, qui utilisera une fusée Ariane 5 pour les vols VA236 et VA237, prévoit de boucler douze lancements en 2017.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !