L’année 2016 aura été bonne pour Arianespace. Elle aura réussi une série de lancements sans incident et mis en orbite un nombre record de satellites.

Les équipes d’Arianespace vont pouvoir passer d’excellentes fêtes de fin d’année. Le tout dernier lancement réalisé mercredi en Guyane s’est déroulé sans aucun accroc, permettant à la société de finir 2016 sur une note extrêmement positive. La mission consistait à mettre en orbite géostationnaire deux satellites de télécommunication, l’un japonais et l’autre brésilien, à partir d’une fusée Ariane 5.

Construits par la société américaine Space Systems Loral, les deux satellites seront opérés par l’opérateur brésilien Embratel Star One et par le service japonais de TV par satellite Sky Perfect JSAT Corporation. Le premier couvrira le Brésil, l’ouest de l’Amérique latine, le Mexique, l’Amérique centrale et les Caraïbes tandis que le second couvrira le Japon, l’océan Indien et l’Océanie.

« Ce fut le 11ème et dernier lancement de l’année pour Arianespace, le 7ème avec Ariane 5 en 2016 ainsi que le 76ème succès consécutif du lanceur lourd et son 90ème lancement global », commente l’entreprise, qui rappelle avoir mis en orbite en 2016 10 satellites de télécommunication, 7 d’observation de la Terre, 6 de navigation, 3 nano satellites et 1 scientifique. Certains pesaient 3 kg, d’autres 6,5 tonnes.

Il s’agit d’un record pour Arianespace. En plaçant 27 satellites en 2016, elle a battu son précédent record de 2012, où 25 satellites avaient été mis en orbite. Toute la gamme de ses lanceurs a été utilisée : 5 lancements ont été faits avec la fusée Ariane 5, 2 avec le lanceur Soyouz et 2 avec le lanceur Vega. Au total, les onze missions de l’année ont permis de mettre en orbite 61,4 tonnes d’équipement.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !