« Favoriser la création française » martelait Nicolas Sarkozy pour défendre son projet de suppression de la publicité sur les chaînes publiques. La SACD a beau alerter sur les risques potentiels pour la production audiovisuelle française (moins de recettes, moins de participation à la création), notre président reste persuadé que son plan n’aura aucune conséquence sur la qualité des chaînes publiques ou leur financement de la production.

Pourtant, force est de constater que la baisse de ce financement est une tendance déjà ancrée avant même la naissance du projet de suppression de la publicité. Les chiffres de la production audiovisuelle française, qui viennent d’être révélés par le CNC, ont ainsi montré que le financement de la création par les chaînes publiques a baissé de 10 % sur l’année 2007, et cela malgré les promesses de ses dirigeants.

Pour les chaînes privées, c’est encore pire. Le financement a par exemple baissé chez M6 de 40 %. « Au moment où le gouvernement et le Parlement cherchent à magnifier le rôle de la télévision publique en faveur de la création et de l’innovation audiovisuelle, ce recul sans précédent est un mauvais coup porté à la création » s’insurge le collectif TRIO, qui regroupe scénaristes, réalisateurs, et producteurs de fiction TV.

Le gouvernement a reculé sur la question d’augmenter le financement de la création par les chaînes. A l’aube d’une reconfiguration de France Television, on a du mal à croire que la suppression de leurs ressources publicitaires ne va pas accélérer cette tendance. L’exception culturelle française ? Un concept qui ne cesse décidément de sonner de plus en plus creux.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !