2019, année du changement pour Opticale. Le jeu vidéo qui concurrence Pokémon Go dans la traque aux monstres en réalité augmentée s'est offert un important lifting pour sa sortie officielle.

L’été s’achève, mais cela ne veut pas dire pour autant que vous devriez renoncer à vous balader dehors tout en vous amusant avec des jeux basés sur la réalité augmentée et la géolocalisation. On ne parle pas ici de l’incontournable Pokémon Go, mais de son petit rival suisse, Opticale. Car depuis la mi-août, le jeu vidéo sur mobile a eu droit à un important ravalement de façade.

Opticale Android iOS
Opticale est un jeu mobile qui mêle géolocalisation et réalité augmentée. // Source : Opticale

Un Pokémon Go-like

Mais d’abord, un rappel sur ce dont il s’agit : Opticale est un jeu pour smartphone qui mêle réalité augmentée (principe qui consiste à filmer les alentours et à ajouter à l’image des informations virtuelles, en superposition) et géolocalisation (votre position géographique). Le but est d’explorer un univers parallèle, le Monde Astral, dans lequel vivent des créatures fantastiques. Votre mission ? Les répertorier.

Gratuit et disponible sans publicité sur Android et iOS, Opticale fait en revanche une place à la possibilité de faire des micro-paiements pour obtenir divers bonus, allant de quelques euros à quelques dizaines d’euros, en fonction de ce qui est désiré et de l’impact sur le jeu. Il est toutefois possible de jouer entièrement au jeu sans dépenser le moindre centime. Il faudra juste se montrer persévérant.

Dans Opticale, vous croisez des créatures prodigieuses… et parfois inquiétantes. // Source : Opticale

Un jeu revu du sol au plafond

Si l’on reparle d’Opticale aujourd’hui, c’est parce qu’il s’agit cette fois de la sortie officielle du jeu. Une sortie officielle qui conclut « de nombreux mois de travail », raconte Soufian Mahlouly, le fondateur et PDG du studio Furinkazan à l’origine du titre. Car Opticale a été remanié en profondeur : interface graphique, expérience utilisateur, contenu additionnel (une nouvelle zone, de nouvelles créatures).

Les pré-lancements précédents, dont nous avons eu l’occasion de parler, ont été riches d’enseignement pour Furinkazan. « Le softlaunch et les retours des utilisateurs ont été très utiles  », reconnaître Soufian Mahlouly. Le résultat est « plus fluide, plus clair et plus élégant ». D’ores et déjà disponible pour la France, la Suisse et la Belgique, le jeu doit aussi faire ses débuts dans les pays anglophones.

Partager sur les réseaux sociaux