Le jeu multijoueur Mordhau s'est vendu à plus d'un million de copies. Mais le racisme et le sexisme semblent y grandir en même temps que son succès. Une situation inquiétante dont ses créateurs ne semblent pas prendre la mesure.

« Nous, les Blancs, ne pouvons plus rien avoir pour nous seuls, n’est-ce pas ? », peut-on lire sur les forums de Mordhau. Une enquête de PC Gamer du 1er juillet 2019 a récemment mis au jour le racisme massif et l’ambiance homophobe et sexiste dans toutes les sphères de ce jeu médiéval multijoueur, qui auraient poussé certains joueurs et joueuses à le déserter.

Ce phénomène semble d’autant plus incontrôlable que le succès de Mordhau n’était lui-même pas vraiment prévu. A l’origine, ce n’était qu’un projet amateur, soutenu par Kickstarter, à l’initiative de fans de Chivalry : Medieval Warfare et qui voulaient améliorer ce jeu. Dans l’équipe, certains concepteurs n’avaient pas plus de 17 ans. Mais le jeu s’écoule finalement sur PC à 500 000 exemplaires dès la première semaine en avril 2019, jusqu’à dépasser ensuite le million.

L’idée est pourtant assez simple : un hack and slash basé sur des combats multijoueurs en ligne, à la première ou à la troisième personne, dans un contexte médiéval. Les modes de jeu vont du battle royale à l’affrontement entre deux équipes de 32 joueurs en passant par des deathmatchs. Les chevaliers sont personnalisables de la tête au pied : armures, casques, vêtements… Et c’est justement là que le problème a commencé.

YouTube/Resonant

Des combats médiévaux entre hommes blancs

Les développeurs sont ici tout autant mis en cause que la communauté. Depuis les débuts du jeu, il est ainsi impossible de créer un personnage qui ne soit pas un homme blanc ; il s’agit d’un choix assumé. Puis le studio a annoncé récemment penser à une nouvelle fonction pour enfin pouvoir créer des femmes et choisir l’origine ethnique. Mais avec une condition bien spécifique : les joueurs pourront bloquer cette fonction.

« Quelle que soit notre position officielle, des groupes vont toujours être en colère contre nous. Donc, idéalement, nous mettons le pouvoir entre les mains des joueurs, en leur donnant l’option d’activer et de désactiver différentes choses », justifie Andrew Geach, développeur du jeu, à PC Gamer.

Avec plus de 2 600 messages à l’heure actuelle, le topic le plus populaire du forum officiel est intitulé « Post your kniggas », un détournement d’une expression raciste. Comme ils l’ont confirmé à PC Gamer, les développeurs sont non seulement au courant de ce titre, mais refusent d’agir. Geach a ainsi affirmé que, dans le contexte, l’équipe du jeu ne percevait « rien de raciste ou d’offensant » dans le titre du topic ni dans son contenu (qui contient pourtant des insultes ouvertement homophobes, comme « faggot »).

Sur un autre thread Steam, l’arrivée prochaine de femmes guerrières dans le jeu a donné lieu à un débat de plusieurs pages entre internautes, générant notamment de nombreux commentaires sexistes, sous le traditionnel prétexte d’un « manque de réalisme » historique.

« Elles vont sûrement être plus faibles alors, votre page Steam dit que c’est réaliste » // Source
« Vous faites la promotion des SJW et des féministes ? Je vais devoir passer mon tour maintenant » // Source

D’autres, toutefois, soutiennent la présence des femmes en affirmant la liberté de choisir son personnage, mais retournent aussi l’argument de « réalisme » de femmes guerrières dans l’Histoire (en effet avéré).

« Les grecs, les celtes, les vikinges. Ca vous dit quelque chose ? Ils ont tous trois des guerrières. » // Source

La question ne date pas d’hier : elle s’est déjà posée avec d’autres jeux dans le passé. Les équipes de Battlefield V et de Total War : Rome II ont ainsi subi de véritables lynchages à la suite de la présence de femmes dans leurs jeux, au prétexte d’une prétendue inexactitude historique — alors que les jeux prennent bien évidemment d’autres libertés historique. « Je le dirai encore : les jeux Total War sont historiquement authentiques, et non historiquement exacts. Si avoir des unités féminines vous énerve à ce point, vous pouvez soit les enlever du jeu grâce à des mods, soit tout simplement ne pas jouer », avait répondu CA Ella, une développeuse de ce jeu.

« Ça ne me donne plus envie d’y jouer »

L’équipe de Mordhau semble dépassée et souffre d’un manque criants de modérateurs. Les commentaires racistes, homophobes et sexistes ne sont pas réellement filtrés, ni sur le chat ni sur le forum, et ça ne semble pas beaucoup les déranger. C’est ce que dénonce un internaute sur ce thread Steam : « Le chat était aujourd’hui une fosse sceptique débordante d’insultes personnelles, de dénigrements racistes, et de haine généralisée. Pas une seule personne n’a été bannie. »

Puisque rien n’est vraiment modéré, la seule solution pour les joueurs est d’utiliser le bouton mute. Mike Desrosiers, artiste pour le jeu, justifie à PC Gamer que la présence d’un filtre « pourrait bloquer des mots innocents, ou les gens pourraient nous reprocher une censure. »

Les créateurs affirment qu’il n’y a pas d’option pour désactiver les femmes après avoir annoncé une option pour désactiver les femmes

Pourtant, de nombreux joueurs se soulèvent contre cette ambiance toxique, à l’image de ce fil Reddit titré « Il y a tellement de racisme dans ce jeu que ça ne me donne plus envie d’y jouer. Parlez-en quand vous y faites face durant une partie. » Dans les réponses, plusieurs confirment ce constat, d’autres font part d’un sentiment d’impuissance.

Suite à l’article de PC Gamer, les développeurs ont répondu sur Twitter en déclarant qu’en tant que petite équipe, ils ont encore « beaucoup à apprendre pour gérer la toxicité et le racisme dans une grande communauté ».  Et de préciser qu’ils n’ont jamais envisagé une fonction pour désactiver les personnages non-blancs… alors même qu’ils l’avaient confirmé lors de l’interview avec PC Gamer.

PC Gamer a d’ailleurs répondu en mettant à jour son article, et en précisant que ces déclarations étaient en contradiction avec ce que Mike Desrosiers et Andrew Geach leur ont révélé. Le studio va probablement publier un communiqué officiel prochainement.

Les développeurs de Mordhau ont été contactés par Numerama mais n’ont pas encore donné suite.

Partager sur les réseaux sociaux