Pendant deux heures, nous avons pu essayer le prochain épisode de la saga Borderlands. Une séquence courte, mais qui a suffi à montrer le potentiel du troisième opus.

Quelques semaines après la présentation officielle du gameplay de Borderlands 3, nous avons pu essayer le jeu lors d’un événement parisien. Pendant deux heures, une partie de la planète Promethea et de sa ville gigantesque nous était ouverte. Une durée trop courte pour se faire un avis définitif sur le jeu, mais suffisante pour se familiariser avec le gameplay de l’agent spécial Zane et de la sirène Amara (les seuls personnages disponibles pendant la session). On ne sait pas encore si ce nouvel épisode parviendra à se hisser au niveau de Borderlands 2, mais il est bien parti pour faire honneur à la franchise.

Promethea. // Source : Youtube/Borderlands

Un épisode dans la continuité des précédents

Fondamentalement, Gearbox n’a pas beaucoup fait évoluer la formule de la saga Borderlands avec le troisième opus. On se trouve toujours en face d’un jeu de type shooter-looter qui trouve tout son intérêt dans les phases de combat et la recherche d’armes toujours plus puissantes. Les nouveautés mises en avant par le studio n’ont pas montré leur potentiel pendant la prise en main. On attendait notamment beaucoup de la nouvelle capacité de glissade des personnages qui devait rendre le gameplay encore plus dynamique. Elle s’est finalement avérée peu pratique à utiliser, en tout cas dans l’environnement de Promethea, et nous sommes vite revenus à une gestion du tir plus classique.

Gearbox aura pour défi d’offrir un sentiment de découverte aux joueurs après des dizaines d’heures d’aventure

Question shoot par contre, cette première partie sur Borderlands 3 ne nous a pas déçus. Si les affrontements ne posaient pas beaucoup de difficultés (le mode facile était activé), on a vraiment pris plaisir à éliminer les ennemis de mille façons différentes. Gearbox a beaucoup insisté sur la diversité des armes dans sa présentation et on peut dire que le studio n’a pas menti.

Entre les modes de tirs alternatifs et les différentes marques qui proposent des fonctionnalités différentes, notre expérience de jeu a changé du tout au tout en fonction de l’arme utilisée. Cela dit, il est normal de tomber sur beaucoup de nouveautés pendant une courte période de jeu. Gearbox aura pour défi d’offrir un sentiment de découverte aux joueurs après des dizaines d’heures d’aventures.

Zane, l’un des deux personnages jouable pendant notre session. // Source : Gearbox

Le studio pourra aussi compter sur ses personnages pour renouveler son gameplay. Plus polyvalents que les héros des épisodes précédents grâce à leurs multiples capacités spéciales. Les pouvoirs d’Amara (qui se résument à invoquer des poings) sont particulièrement jouissifs, destructeurs et adaptés au jeu en solo. On a par contre plus de réserves concernant Zane. Ses pouvoirs sont très similaires à ceux de Zero (l’assassin de l’épisode 2), de Whilhem (le mercenaire de The Pre-Sequel) et de Roland (le soldat du premier opus).

Il peut ainsi créer un double holographique qui attire l’attention, un drone qui tire sur tout ce qui bouge ou un bouclier. En bref, un mélange de tout ce qui a déjà été fait auparavant, ce qui nous a laissé un arrière-goût de déjà vu. Les joueurs et joueuses à la recherche de nouveautés ne devraient pas être charmés, même si l’agent spécial reste très agréable à utiliser.

L’humour de Borderlands fait toujours mouche

Nos deux heures de jeu ont été suffisantes pour atteindre un boss et remplir quelques missions secondaires. Elles ont également permis de confirmer que Borderlands 3 ne sera pas le jeu qui fera de la licence une référence des quêtes originales. Le schéma est toujours le même : un PNJ nous demande d’aller à un point A, de récupérer un objet ou de tuer des ennemis, puis de se rendre à un point B pour finir la mission.

L’humour de Borderlands est toujours bien présent. // Source : Gearbox

Un principe rébarbatif qui n’a pourtant jamais été gênant pendant le test grâce à l’humour bien connu de la série. Les situations auxquelles on fait face sont suffisamment amusantes ou étonnantes pour que l’on accepte sans rechigner une quête semblable à des dizaines d’autres. On pense par exemple à ces deux bandits qui se disputent les faveurs du héros pour avoir l’honneur d’être tué par lui. La mission se résume à un énième affrontement, mais on l’oublie vite en écoutant leurs dialogues.

Bref, Borderlands 3 a su nous convaincre qu’il respectait l’esprit de la licence et que ses combats étaient plus agréables que jamais. Reste à savoir si le bilan sera le même après des dizaines d’heures de jeux et si la lassitude ne se sera pas installée. Pour l’instant en tout cas, on attend de voir la suite avec impatience.

On a hâte de voir ce que Borderlands 3 a encore à offrir. // Source : Gearbox

Partager sur les réseaux sociaux