Bandai a ouvert les pré-ventes pour ses nouveaux Tamagotchis. Contrairement aux précédentes rééditions, ils sont connectés et visiblement plus intéressants. Mais ils coûtent vraiment très cher.

Si vous avez grandi dans les années 1990, vous vous souvenez sûrement des tamagotchis, ces petits œufs en plastique sur lesquels évoluait un animal virtuel. Ces dernières années, Bandai en a sorti plusieurs rééditions. Leurs fonctionnalités étaient, il faut le dire, plutôt limitées. Les Tamagotchis On, dont la marque a ouvert les pré-ventes début mai, semblent se distinguer grâce à de nouvelles options : on peut notamment les connecter aux jouets de ses amis, et marier ces animaux entre eux.

Les Tamagotchis On sont disponibles en pré-commande sur la version américaine d’Amazon. Il est possible de les faire livrer en France, sachant qu’ils n’arriveront de toute façon pas avant le 15 août. Ils coûtent 60 dollars, soit environ 53 euros. Ils existent en quatre couleurs : bleu ciel, cyan, violet ou rose.

La version bleu. // Source : Bandai

Une application mobile dédiée

Si le prix est élevé, c’est parce que ces tamagotchis ne sont pas uniquement dotés des fonctionnalités de base, à savoir nourrir et laver son animal de compagnie virtuel. Les « On » peuvent aussi faire du shopping, voyager ou se faire des amis. Ils est même possible de les marier avec un autre personnage et d’avoir une progéniture, dont les propriétaires des deux parents pourront profiter.

Tout ceci est possible car les Tamagotchis sont connectés à une application mobile dédiée. Elle permet aussi de jouer à des jeux et de gagner des points, avec lesquels on peut ensuite acheter sa nourriture ou ses accessoires.

Bandai a peut-être entendu les critiques faites à ses rééditions ces dernières années. Les nouveaux jouets étaient assez peu développés : à part nourrir son animal, ramasser ses crottes et avoir envie de le jeter contre un mur quand il bipe en pleine réunion de travail, on ne pouvait guère faire plus de choses avec… Certes, la mode est au retour des objets électroniques de notre enfance comme le Nokia 3310 ou les gammes mini de Nintendo.

Mais à 60 euros le Tamagotchi, on peut se demander si Bandai n’a pas dépassé les limites du late capitalism. En proposant ces jouets sur des plateformes hype comme Urban Outfitters, il semble évident que la marque vise un public aisé, prêt à dépenser des sommes importantes pour une très petite dose de nostalgie.

Bandai

Partager sur les réseaux sociaux