La nouvelle compilation hebdomadaire des dérives de la propriété intellectuelle est là, toujours préparée par Lionel Maurel et Thomas Fourmeux, spécialistes de la question du copyright.

Cette semaine, le Copyright Madness revient sur le groupe de presse Springer qui s’en prend à Adblock, Kim Kardashian dont la reconversion annoncée nous fait peur et de la première image de trou noir, qui redonne un peu d’espoir. Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Copyright Madness

Bloqué. La directive européenne sur le droit d’auteur est à peine votée que les éditeurs de presse sont déjà en roue libre. Le géant de la presse allemande Alex Springer qui détient plusieurs grands quotidiens allemands a décidé de s’attaquer à l’entreprise Eyeo Gmbh qui édite l’extension Adblock Plus chargée de bloquer les publicités sur les sites web. Springer a déjà essayé de s’en prendre à l’entreprise à plusieurs reprises mais cette fois-ci le groupe de presse développe une stratégie plus fourbe. En effet, d’après Springer Adblock Plus constitue une atteinte au droit d’auteur. En bloquant une publicité, l’extension modifierait le code du site web. D’une part l’extension ne modifie en aucun cas un article de journaliste protégé par des droits d’auteur, et d’autre part, comme le rappelle Eyeo Gmbh, l’extension ne modifie rien sur le serveur de Springer. Tout se passe sur la machine de l’internaute.  Et couper le son d’une publicité, c’est aussi une atteinte au droit d’auteur ?

Dommages collatéraux. Un vidéaste sur YouTube qui publie des vidéos depuis 7 ans vient de se prendre sa première sanction (un « strike ») pour avoir posté une vidéo qui réutilise des contenus protégés détenus par un tiers. YouTube a décidé, sans sommation, de suspendre la monétisation de sa chaîne. Dans les vidéos incriminées, le vidéaste réinterprète des chansons à partir du jeu Fortnite. Les cartes du jeu comportent des pianos qui servent notamment à faire des défis. Le vidéaste s’est amusé à reproduire des chansons grâce à ce piano et en utilisant le bruit des armes du jeu pour faire la rythmique des morceaux. Alors que ces vidéos relèvent plus du remix et du mashup, le système de détection automatique ContentID n’a pas fait dans le dentelle et a tiré à vue. Avec la directive européenne sur le droit d’auteur, l’excès de zèle de la plateforme ne devrait pas s’arranger !

Fortnite // Source : Epic Games

Trademark Madness

Reconversion. Attention, tous aux abris ! Kim Kardashian a annoncé cette semaine qu’elle entame un stage dans un cabinet d’avocats et qu’elle songe à se reconvertir dans cette profession. Son intention serait d’aider des prisonniers en longue détention à faire valoir leurs droits, ce qui est louable. Mais voir Kim acquérir des compétences de juriste nous donne un peu des sueurs froides. Car la star des réseaux sociaux est déjà apparue un nombre innombrable de fois dans cette chronique, notamment pour sa propension à déposer des marques sur tout et n’importe quoi, y compris les noms de ses enfants. Rappelons qu’à un moment, Kim Kardashian prétendait avoir inventé le selfie et qu’elle est même allée jusqu’à vouloir détenir une exclusivité sur une certaine pose mettant en valeur sa chute de reins. Bref, comme un Pokémon, Kim évolue, mais si c’est pour finir en créature niveau 99 de Trademark Madness…

kim_kardashian
Kim Kardashian. // Source : The Heart Truth

Cuite. Quel est le point commun entre la bière et des vêtements pour la montagne ? A priori aucun. Pourtant, la marque de vêtements Patagonia est déterminée à montrer qu’il y en a un. Elle accuse l’entreprise AB InBev qui brasse une bière vendue sous la marque Patagonia de violer sa marque et de tromper les consommateurs en utilisant le même mot et un design qui évoque la montagne. AB InBev a obtenu de vendre sa bière sous cette marque en 2012 et affiche effectivement une image de montagne sur son étiquette. En même temps, cela semble logique de prendre une illustration qui évoque les paysages de la Patagonie. Si elle s’appelait tropique, elle aurait certainement pris un palmier sur une plage. L’abus d’alcool est dangereux pour la santé ainsi que l’abus de propriété intellectuelle.

bière Patagonia
La bière Patagonia. // Source : Christ – ophile

Patent Madness

Compote. Il fut un temps où Apple abusait gravement des brevets pour nuire à ses concurrents, mais voilà depuis quelques années que la marque à la pomme se fait harceler à son tour, à tel point que l’on a un peu peur que l’entreprise finisse en compote ! Cette fois, c’est une société finlandaise — Seven Networks — qui l’attaque pour violation de 16 brevets, portant sur des « inventions » très vagues, comme un système pour économiser la batterie des mobiles lors des téléchargements ou un dispositif d’authentification. Autant de choses que la société n’a d’ailleurs jamais vraiment réalisées vu qu’elle se contente de détenir des brevets. En plus, Apple subit une nouvelle stratégie en vogue chez les trolls des brevets puisque ce sont deux de ses boutiques qui sont visées et que le plaignant menace de faire fermer. Vivement que les trolls des brevets s’attaquent à Monsanto, alors !

L’iPhone d’Apple. // Source : Pexels/Mateusz Dach

Copyright Wisdom

Trou noir. Terminons quand même par une note d’espoir. Cette semaine, nous sommes nombreuses et nombreux à nous être émerveillés devant la première image d’un trou noir, captée par des scientifiques au terme d’un long travail. Il se trouve que cette image qui restera dans l’histoire a été placée sous licence libre et tous les articles liés à cette recherche sont disponibles en libre accès sur Internet. Un grand pas pour la Science, mais aussi pour la science ouverte !

Le Copyright Madness vous est offert par :

Lionel Maurel

Thomas Fourmeux

Merci à celles et ceux qui nous aident à réaliser cette chronique, publiée sous licence Creative Commons Zéro, notamment en nous signalant des cas de dérives sur Twitter avec le hashtag #CopyrightMadness !

Partager sur les réseaux sociaux