En Allemagne, un Airbus A310 Zero G a été affrété pour une fête en impesanteur. L'avion réalisera plusieurs vols paraboliques pour le plus grand plaisir des convives.

Les soirées en club, c’est surfait. Maintenant la vraie tendance, c’est de participer à une fête dans un avion. Et pas n’importe quel avion : un Airbus A310 Zero G, capable de faire des vols paraboliques pour que les personnes à bord profitent de quelques secondes d’impensanteur. Ce type d’évènement, c’est justement ce qui est au menu de la station de radio allemande Big City Beats.

Big City Beats
Lors de la première édition. // Source : Big City Beats

Ce lundi 25 mars, un avion va en effet être affrété par l’Agence spatiale européenne — qui est partenaire de l’évènement — pour une session spéciale de musique et de fête. L’aéronef décollera de l’aéroport de Francfort-sur-le-Main, en Allemagne, avec à son bord plusieurs artistes de la scène électronique, comme le leader du groupe Jamiroquai, Jay Kay.

L’évènement World Club Dome Zero Gravity (ou WCD ZeroG) en est en fait à la deuxième édition. Cette année, il a été décidé d’aller plus loin en invitant à la fête des personnalités du monde du sport, de la mode et du divertissement, comme l’actrice Dascha Polanco, de la série Orange is the new black, la modèle Amanda Cerny ou encore le football français Sébastien Haller.

Plusieurs évènements sont prévus au cours du vol, comme la diffusion du single Gold Baby de DJ Le Shuuk, tandis que le chef cuisinier et présentateur Tim Mälzer réalisera une recette. Deux influenceurs s’affronteront dans un duel sur un jeu vidéo, tandis que le football Sébastien Haller, tentera de marquer un penalty. Tout cela en impensanteur, à près de 8 500 mètres d’altitude.

Vols paraboliques

En règle générale, un Airbus A310 Zero G est capable de réaliser une trentaine de vols paraboliques durant un vol, chacun durant une vingtaine de secondes. C’est là que les passagers ressentiront l’impesanteur et se mettront à flotter dans la cabine. Évidemment, pas question de faire n’importe quoi : tout le monde a été briefé par un astronaute, en l’occurrence le Français Jean-François Clervoy.

Pour réaliser un vol parabolique, l’avion doit d’abord fortement cabrer pendant plusieurs secondes, jusqu’à un angle de 47 degrés, puis il se stabilise horizontalement le temps de la microgravité, avant de redescendre. Durant les phases d’ascension et de stabilisation, les participants subissent une « hypergravité » : la gravité est plus forte, jusqu’à 1,5-1,8 fois la normale. Rien d’insurmontable toutefois.

Ce type d’aéronef est destiné à l’origine à des expériences scientifiques réalisées sous l’égide de l’Agence spatiale européenne, mais aussi du Centre national d’études spatiales et de son homologue allemand, le DLR. Il sert aussi dans le cadre de l’entraînement des futurs spationautes en prévision des séjours à bord de la Station spatiale internationale.

Airbus A310 Zero G
L’Airbus A310 Zero G. // Source : Big City Beats

Partager sur les réseaux sociaux