Valve va essayer d'en finir avec le review bombing, qui pénalise le score des jeux.

Valve en a marre du review bombing, pratique des utilisateurs de Steam qui consiste à plomber volontairement les notes d’un jeu pour protester pour une raison qui n’a rien à voir avec le jeu (par exemple : parce qu’il y a des femmes dans un jeu vidéo). Dans un billet publié le 15 mars 2019, la firme américaine a annoncé un changement pour « identifier les évaluations de matraquage hors sujet et les retirer du score d’évaluation ». Récemment, ce sont les jeux de la saga Metro qui en ont fait les frais en raison de l’indisponibilité du dernier opus sur Steam

Après tant d’années, Valve s’est donc enfin rendu compte que le review bombing pouvait pénaliser l’évaluation d’un jeu, en considérant l’absence de « rapport avec la probabilité que les futurs acheteurs soient satisfaits ». Maintenant, l’enjeu sera de mettre en place un système efficace, c’est-à-dire qui ne prend pas une accumulation de véritables mauvaises notes pour du review bombing.

Steam review bombing // Source : Valve

La zone grise de Steam

Pour que la lutte contre le review bombing soit la plus pertinente possible, Valve va prendre quelques pincettes et opter pour un processus en plusieurs étapes.

Les voici :

  • Un outil détermine qu’il y une activité d’évaluation anormale sur un jeu sans chercher à savoir pourquoi ;
  • Une équipe de Valve se penche sur le sujet pour enquêter ;
  • Si le review bombing est avéré, le studio de développement est averti ;
  • Toutes les évaluations effectuées pendant cette période sont retirées du calcul (mais pas supprimées).

À noter que Valve ne fera pas de cas par cas, ce qui signifie que la publication d’une évaluation juste pendant une période de matraquage ne sera pas prise en compte. Par ailleurs, Valve considère comme hors-sujet des évaluations liées à des points hyper-précis et n’intéressant qu’une infime frange des joueurs (exemple : les DRM).

Enfin, le review bombing pourra quand même apparaître sur une page Steam par le biais d’une simple case à cocher.

Partager sur les réseaux sociaux