D'ici mars 2019, l'application YouTube Gaming va disparaître. L'occasion pour YouTube de réorganiser la place accordée au gaming et l'intégrer pleinement à sa plateforme classique.

Le « Twitch de Google » aura donc tenu trois ans. Lancé au cours de l’été 2015 pour concurrencer Twitch, YouTube Gaming va disparaître et voir son contenu migrer sur la plateforme traditionnelle — c’est-à-dire YouTube — d’ici mars 2019. C’est ce qu’annonce un billet publié le 18 septembre 2018 sur le blog officiel de YouTube.

Une réorganisation, et un aveu d’échec ?

YouTube Gaming n’aura pas réussi son pari de s’ériger en concurrent direct de Twitch, faute d’une audience suffisamment forte que la firme reconnaît dans son communiqué : « Nous avons une audience forte et dynamique sur l’application YouTube Gaming mais le nombre de gamers que nous sommes en mesure de toucher est beaucoup plus important sur YouTube. »

La plateforme rappelle que le contenu gaming représenterait à peu près 50 milliards d’heures de visionnage en une seule année et 200 millions d’utilisateurs quotidiens. La transition paraît logique.

En mars 2019, l’application YouTube Gaming sera désactivée et tous les efforts seront orientés sur un nouvel onglet Jeux vidéos (en français) ou Gaming (en anglais). L’onglet paraît plus instinctif d’accès, on peut l’apercevoir dans la capture d’écran jointe au tweet de Ryan Wyatt, responsable chez Youtube.

« Je pense que nous avons fait faux pas et créé une confusion. » – RYAN WYATT

Ce dernier admet l’échec de YouTube Gaming auprès de The Verge : « Il y avait une confusion avec l’application de gaming YouTube. Les gens ne savaient pas à quoi servait cette appli ou quel genre de contenu elle était censée promouvoir. (…) Je pense que nous avons fait faux pas et créé une confusion.  » Ryan Wyatt espère que la migration rappellera l’importance qu’accorde la plateforme au contenu gaming. Au premier semestre 2018, Twitch parvenait à réunir presque 1 million de spectateurs quotidiens tandis que YouTube Gaming dépassait péniblement les 250 000.

Partager sur les réseaux sociaux