La Chine revoit sa politique à l'égard des consoles de jeux vidéo étrangères. Officiellement interdites depuis le début des années 2000, elles ont fait l'objet d'une mesure d'assouplissement en 2014.

Début 2014, la Chine décidait de lever partiellement l'embargo qui frappe les consoles de jeux vidéo étrangères, dans le cadre de la mise en place d'une zone-pilote de libre-échange de Shanghai. Visiblement satisfait des effets de cette mesure, le ministère de la culture chinois vient de prendre de nouvelles dispositions pour mettre un terme à cette interdiction sur tout le territoire.

Cet assouplissement était attendu avec une très grande impatience par les industriels, à commencer par les trois principaux ténors du secteur que sont Microsoft, Sony et Nintendo. Avec cette mesure, ils vont désormais pouvoir accéder à un marché considérable. Il pourrait même devenir l'un des plus gros, si ce n'est le plus important, avec l'Amérique du Nord, l'Europe et le Japon.

L'ouverture du marché chinois restera toutefois très encadré. Le ministère de la culture maintiendra un contrôle attentif sur le contenu-même des jeux vidéo qui seront commercialisés dans le pays, afin d'éviter la propagation au sein de la population d'idées politiquement sensibles, de la même façon que le gouvernement garde le net sous étroite surveillance.

Les restrictions affectant les consoles étrangères sont apparues au début des années 2000. Mais avec la montée en puissance des tablettes et des smartphones permettant eux aussi de jouer à des jeux vidéo, les mesures d'interdiction de commercialisation et de possession n'avaient plus guère de sens, d'autant que la frontière entre ces différents appareils tend à s'estomper avec le temps.

( photo : CC BY-NC-ND Dorli )

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.