Oubliez Google Maps : si vous étiez un sujet de l'Empire romain, l'outil Orbis conçu par l'université Stanford aurait été sans doute plus pratique. Celui-ci permet de calculer des trajets à l'époque antique.

L’Empire romain n’est pas seulement connu pour ses conquêtes militaires dans toute l’Europe et même au-delà : il est aussi réputé dans le monde entier pour avoir bâti un réseau routier et établi des voies de navigation sur tout le continent, dont les vestiges peuvent encore aujourd’hui être vus et empruntés. Il existe d’ailleurs divers outils en ligne pour explorer ces chemins.

Mais celui mis à disposition sur le site de l’université Stanford est intéressant pour ne autre raison : baptisé Orbis, il agit comme un Google Maps antique. En effet, le service permet de planifier un voyage à travers la civilisation romaine en empruntant les routes construites il y a plusieurs siècles de cela, comme si vous étiez vous-même un sujet de l’Empire devant se rendre, par exemple, à Massilia à partir de Lutèce.

Quelques trajets calculés par Orbis.

L’outil cartographique, bien qu’en langue anglaise exclusivement (mais c’est toujours mieux que le latin !), est assez facile à prendre en main : vous pouvez cliquer sur un point de la carte et définir par exemple la ville que vous ciblez comme point de départ et en choisir une autre comme point d’arrivée. Mais vous pouvez aussi passer par les listes déroulantes figurant dans le menu de gauche.

Là où ça devient très intéressant, c’est la variété des paramètres influant sur la durée de votre voyage virtuel : selon la saison, la priorité (trajet le plus court, le plus rapide, le moins cher), le type de voie que vous acceptez d’emprunter et votre moyen de transport (à pied, marche militaire, à cheval, etc.), votre trajet sera plus ou moins long, mais aussi plus ou moins coûteux.

Par exemple pour un voyage entre Paris et Marseille, le voyage le plus rapide se fait au mois d’avril et prend presque 23 jours pour couvrir les 1 008 kilomètres séparant les deux cités. Vous passerez notamment par Cabilonnum (Chalon-sur-Saône), Valentia (Valence) ou bien Arausio (Orange) avant d’atteindre la cité phocéenne. Et si vous voulez prolonger jusqu’en Corse, à Aléria, comptez trois jours de plus.

Partager sur les réseaux sociaux